Julien Herry

Julien Herry : Photographe humaniste et portraitiste

Installé à Saint-Hélen, Julien Herry est devenu auto-entrepreneur il y a trois ans, après quinze ans de services auprès des animaux en tant que soigneur animalier. Après une reconversion, il s’attache à mettre en image la passion des personnes qu’il photographie. S’il ne possède pas de local, il se déplace chez les passionnés, les familles ou les futurs mariés afin de mieux appréhender leurs attentes. Séance ou reportage, le photographe propose une prestation en toute simplicité, à la recherche constante de l’âme qui fera toute la différence.

 

Une passion devenue profession

Après une maîtrise de biologie et d’études comportementales animales, Julien Herry découvre le métier de soigneur animalier en parc zoologique au travers des stages. Durant 15 ans, il travaille auprès des animaux du Domaine de la Bourbansais, ainsi qu’un an au Zoo de Thoiry.

En parallèle de son activité, Julien Herry entretient une passion pour la photographie. Après des années passées au parc zoologique, il fait de sa passion une profession grâce à laquelle il souhaite mettre en image la relation entre l’Homme et l’animal.

 

L’humain au cœur de la photographie

Allier la photographie aux relations humaines, c’est le rêve de Julien Herry. S’il est ouvert à d’autres prestations ; mariage, famille et passion sont les trois entités qu’il met à l’honneur et valorise à travers ses clichés. Fidèle à ses valeurs, il n’a qu’un maître-mot : la sincérité. Il explique : « J’attache une importance à l’émotion, à la simplicité et à l’authenticité. » Pour les professionnels comme pour les particuliers, ce qui lui importe, c’est l’âme qui émane des personnes photographiées.

Entre reportages photo ou séances de photographie corporate, en intérieur ou en extérieur, Julien Herry se met au service des autres afin de retranscrire la passion qui les anime. Pas d’accessoire, peu de mise en scène, sans artifice … pour lui, c’est le naturel qui compte. « Lors de mes reportages, je suis le photographe, mais je suis aussi comme un ami. Si cela correspond à la personnalité des gens, je me fais un plaisir de les immortaliser de manière naturelle. »

 

De nouveaux projets autour des professionnels

Outre les prestations avec les particuliers, Julien Herry souhaite développer son activité autour du corporate, grâce aux séances et aux reportages destinés aux entreprises.  Par ailleurs, il désire associer la photographie à de nombreux secteurs professionnels. Par exemple, il travaille avec Katell Leclaire, créatrice de bijoux et ambassadrice Made in Dinan, afin d’illustrer la fabrication des alliances avant leur échange à la Mairie. Il recherche désormais de nouveaux prestataires passionnés afin de trouver de nouveaux partenariats avec des professionnels. Le message est lancé…

 

Le côté Made In Dinan :

Pour Julien Herry, être ambassadeur de Made In Dinan, c’est une manière de faire promouvoir les échanges, et de valoriser le savoir-faire des professionnels locaux. Il rapporte : « Dinan est une ville à taille humaine, et cela correspond aux valeurs qui me sont chères. Je travaille beaucoup sur les prestations locales. Il était important pour moi de m’associer avec des personnes qui partagent ma vision des choses. Au travers de mes images, la beauté du territoire de Dinan est mise en valeur. »

 

https://julienherryphotographe.fr

Tel : 06.78.31.90.20

mail@julienherryphotographe.fr

Former pour recruter, le dispositif de Job & Box casse les codes du recrutement

Le groupe d’intérim Job & Box apporte de nouvelles réponses aux besoins de recrutement des entreprises. Dans le contexte économique actuel, de nombreux secteurs ont en effet du mal à recruter, notamment dans l’agroalimentaire et le bâtiment. Job & Box mise sur un nouveau dispositif de formations courtes et sur-mesure : « Former pour recruter ».

 

Spécialisée dans l’intérim et le recrutement dans tout secteur d’activité en Bretagne (bâtiment, logistique, agroalimentaire, industrie, ingénierie…), Job & Box constate que les entreprises ont du mal à recruter du personnel qualifié. Dans le même temps, elle reçoit de plus en plus de profils de candidats en quête d’une nouvelle vie professionnelle, mais qui ne peuvent se positionner sur certaines offres faute de compétences adaptées.

De ce double constat est née l’idée de créer des formations professionnelles courtes pour attirer les talents, et pérenniser les emplois dans les entreprises en développement, c’est toute la mission du dispositif « Former pour recruter ».

 

« Former pour recruter », par Form@job

Form@job, l’organisme de formation du groupe Job & Box, sécurise et consolide ce parcours grâce à son dispositif baptisé « Former pour recruter ».  Celui-ci permet de proposer à des stagiaires en reconversion des formations en situation réelle, afin d’apprendre des gestes professionnels sur le terrain. Concrètement des modules de formation courte sur-mesure ont donc été créés selon les besoins métiers, en étroite collaboration avec les entreprises. Pendant 400 h de formation (soit environ 2 mois et demi) prise en charge par Pôle emploi, le stagiaire apprend les gestes du métier sur le terrain, sans passer par la case « école », mais accompagné par un « formateur » désigné dans l’entreprise. L’apprenant est ensuite embauché par l’entreprise pour un contrat de travail temporaire puis en CDI.

Ce dispositif s’adresse aux entreprises qui recherchent des profils en pénurie, notamment dans le bâtiment ou l’agroalimentaire. Deux premières promotions ont été mises en place avec des entreprises locales : Herisson, Guindé et Atout Confort. Elles ont permis de former une dizaine de personnes en reconversion, qui exercent désormais les métiers de plaquiste, carreleur, bardeur, électricien, menuisier-poseur, solier-moquettiste ou encore plombier-chauffagiste. Les candidats à la reconversion, sélectionnés par Job & Box, doivent présenter des prérequis de savoir-être et une attitude positive dans le monde du travail.

À la clé de cette rencontre entreprise-apprenant : pour l’employeur c’est l’embauche d’un nouveau collaborateur formé efficacement ; pour le demandeur d’emploi c’est une reconversion réussie pour un emploi pérenne.

Romain, en formation chez Guindé témoigne

« Je me suis inscrit à cette formation pour découvrir un nouveau métier, sans forcément retourner à l’école. Apprendre directement sur le terrain, c’est bien plus intéressant. J’ai un tuteur en permanence avec moi, il m’apprend le métier. J’ai choisi d’apprendre le métier de bardeur étancheur, avant j’étais dans le commerce je vendais des chaussures dans un magasin. J’avais envie de voir autre chose que le commerce, le milieu du bâtiment m’a attiré car on voit l’avancement des choses. Je conseille vraiment cette formation pour apprendre un métier, sans retourner à l’école. Les formateurs sont sélectionnés, c’est motivant, je suis très heureux de mon choix de reconversion ».

 

Job & Box renforce ses équipes

Bon à savoir, le groupe Job & Box connaît aujourd’hui un fort développement, qui le conduit à recruter aussi pour ses propres besoins. Une dizaine d’emplois sont donc à pourvoir, pour des postes de chargé de recrutement, responsable d’agence, responsable de secteur ou encore chargé d’affaires.

Christophe Bernard et Marek Fest

La Brasserie de Dinan : Christophe Bernard et Marek Fest

Depuis 2019, les deux amis brassent leurs bières artisanales et développent leur entreprise sur le territoire dinannais. Ils imaginent leurs produits, en associant systématiquement plaisirs de la table, ancrage local et développement durable.

Christophe et Marek, des épicuriens avant tout

Originaires de Bretagne, Christophe et Marek, amis de longue date, ont chacun expérimenté la vie dans le sud de la France avant de ressentir le besoin de revenir aux sources. Christophe, moniteur de bateau et de jet ski cherchait à se reconvertir et à s’installer en Bretagne. Marek quant à lui, a longtemps travaillé dans la restauration aux côtés de grands chefs avant de devenir professeur de yoga.

Tous deux issus d’une famille de restaurateurs, ils ont pour point commun le goût pour les plaisirs de la table. Quand l’opportunité de reprendre la brasserie des Alizés se présente, ils décident de se lancer dans le projet. Si la reprise de la brasserie ne se concrétise finalement pas, ils ne renoncent pas pour autant à monter leur entreprise. Installée dans un atelier de la pépinière d’entreprises Ecodia, la Brasserie de Dinan voit ainsi le jour en juin 2019.

Des bières à déguster autour d’un bon repas

Ces amoureux de la table voulaient développer une gamme de bières pouvant bien sûr s’apprécier à l’apéritif, mais aussi être savourées lors d’un repas. Ils travaillent ainsi sur l’accord mets/bière pour développer leur première gamme, avec La Duguesclin, l’Esther de la Rance, l’Excelsior et les Toiles de Dinan. Blonde, rousse, ambrée ou blanche, à chaque plat sa bière ! Toujours avides de découvertes et d’expérimentations, Christophe et Marek se réinventent sans cesse à travers leurs « One Shot », des séries limitées tout droit sorties de leur débordante imagination culinaire !

Un engagement durable et local

L’entreprise ne se limite pas à brasser de la bière, Christophe et Marek placent leur activité dans une vision plus globale. L’objectif n’est pas d’exporter à l’autre bout du monde leurs produits, mais plutôt de s’ancrer localement et de travailler avec les entreprises et artisans locaux, tout en veillant à limiter leur impact environnemental. Et les idées ne manquent pas.

En 2021, ils développent « la petite cuisine de la brasserie », une gamme de produits complémentaires, issus de leur activité de brassage : vinaigre de bière, fleur de sel de Guérande au houblon, levure de bière… Et pour ne pas jeter les drêches, résidus de brassage des céréales, ils les utilisent pour préparer des crackers pour l’apéritif ou remettre au goût du jour le pain du brasseur.

Le côté Made in Dinan

Devenir ambassadeur Made in Dinan est une évidence en accord avec leur démarche de valorisation des savoir-faire et initiatives locales. Les deux entrepreneurs ont à cœur de participer au dynamisme du territoire en travaillant avec les producteurs, restaurateurs, artisans et distributeurs locaux.

www.labrasseriededinan.com

33 avenue René Cassin

22100 Dinan

Tel : 02.96.89.87.56

contact@labrasseriededinan.com

Geneviève Brune & Pierre Durand

Brune & Durand : bougies parfumées exclusives, 100 % naturelles

 

Geneviève Brune et Pierre Durand ont véritablement relevé un défi il y a 7 ans en s’installant à Pleudihen-sur-Rance : faire de la passion de Geneviève leur nouvelle activité. Aujourd’hui, ils proposent une large gamme de bougies artisanales 100 % naturelles sur les marchés et dans les boutiques de la région.

2013 : le début de l’aventure

Quand l’envie se fait sentir de se mettre au vert en quittant Paris où Geneviève et Pierre exercent tous deux leur carrière professionnelle, c’est un véritable changement de vie qui s’amorce. Ils décident de se rapprocher de la famille de Pierre qui vit en Bretagne et s’installent à Pleudihen-sur-Rance. Ils se donnent alors un an pour tester la nouvelle activité qu’ils ont en tête.

Déjà à Paris, Geneviève avait pour passion la création de bougies parfumées. Cette activité l’avait amenée à travailler sur les matières premières qui convenaient le mieux tout en respectant un processus de fabrication 100 % naturel. La création de Brune et Durand se fait donc dans cette continuité.

Une gamme de bougies parfumées 100 % naturelles

En véritable artisan cirier, Geneviève façonne manuellement des bougies à base de cire végétale et de cire d’abeille. Elle n’utilise ni solvant chimique, ni paraffine. Les bougies ainsi produites ne contiennent aucun CMR, ces agents chimiques toxiques largement décriés qui polluent l’air intérieur. Geneviève développe également des senteurs exclusives, à partir d’huiles essentielles et de parfums premium.

Le résultat ? Des bougies parfumées 100 % naturelles qui durent plus longtemps, parfument plus et produisent moins de suie.

Le packaging, c’est Pierre qui s’en charge. Il créé les boites de conditionnement qu’il a imaginées, à base de kraft recyclé. Une conception écologique et un design authentique qui correspondent parfaitement à l’état d’esprit du couple et aux produits qu’ils développent.

La dernière nouveauté ? Le bosquet, une création originale et exclusive, sans équivalent sur le marché. Cet objet de décoration au design sobre et épuré s’inspire d’un bouquet de fleurs et parfume agréablement une pièce sans aucune flamme ni émanation. Les corolles parfumantes en cire végétale, montées sur des tiges métalliques, diffusent en continu une senteur délicate et élégante, entièrement naturelle, pendant 4 à 6 mois. Le bosquet et ses quatre ambiances parfumées (Orangeraie, Bretagne, Sous-bois et Ile Bourbon) ont déjà trouvé leur public et rencontrent un vif succès.

 

Le côté Made in Dinan

« Pleudihen-sur-Rance est notre ville d’attache depuis maintenant 7 ans. Quand nous avons entendu parler de la marque Made in Dinan, nous avons décidé d’en devenir les ambassadeurs. C’est l’occasion de renforcer l’ancrage régional de nos produits, mais aussi une opportunité unique de rencontrer d’autres professionnels du territoire dinannais. »

 

2, rue Beaumarchais

22690 Pleudihen sur Rance

bruneetdurand@gmail.com

http://bruneetdurand.com

Tel : 06 62 18 07 79

cLeaN’air s’offre de nouveaux locaux pour accompagner l’accélération de son développement.

Depuis septembre 2020, les nouveaux bâtiments de la société cLeaN’air sont venus enrichir la ZA du Clos de Landes de Lanvallay. Installée sur le territoire de Dinan Agglomération depuis 2013, la société fondée et dirigée par Éric Lafond, est spécialisée dans l’entretien et le nettoyage des réseaux d’extractions des cuisines professionnelles et le nettoyage des gaines et conduits de VMC et des climatiseurs. Avec ses 200 m2 flambant neufs la société affiche de belles ambitions de développement commercial malgré le contexte sanitaire singulier.

 

La force de la mutualisation.

Acteur économique bien connu du territoire, Éric Lafond est le fondateur de Lafond Nettoyage. Spécialisé dans la propreté depuis 20 ans, il a décidé en 2017 de vendre sa société au Groupe VERT afin de se concentrer sur le développement de cLeaN’air. L’objectif, clairement affiché avec ses partenaires, était de créer un pôle service dédié à la propreté et au nettoyage sur un seul et même site. C’est désormais chose faite avec le déménagement et le rapprochement géographique avec Lafond Nettoyage. Les services sont multipliés et mutualisés.

 

Zoom sur les expertises

Les expertises de cLeaN’air se déclinent autour du nettoyage et de la désinfection :

  • Le nettoyage et le dégraissage des hottes de cuisine pour les professionnels, restaurants, collectivités, établissement de santé ou encore salles des fêtes.
  • La VMC (Ventilation Mécanique Centralisée) : c’est-à-dire le nettoyage et la désinfection de tous les équipements permettant la circulation de l’air et son renouvellement. L’entreprise travaille avec un système d’aspiro-brossage associé à un système de brumisateur afin de désinfecter et fournir un air dépollué. Si la clientèle était essentiellement professionnelle (entreprises, industries, bureaux, collectivités, etc.), le contexte sanitaire a changé la donne et de nombreux particuliers en quête de désinfection font désormais appel à ce service.
  • La climatisation : cette expertise est dédiée aux réseaux CHR (Cafés Hôtels et Restaurants), entreprises ou collectivités. cLeaN’air s’appuie sur un protocole précis qui consiste à démonter l’appareil afin de nettoyer, désinfecter, puis remonter tous les organes du système. Ces actions sont primordiales, car une climatisation mal entretenue est un vecteur avéré de transmission des bactéries.
  • Les évaporateurs : il s’agit ici de traiter le froid dans les établissements, (industrie et commerces alimentaires) de conditionnement et stockage des produits, soient les chambres froides. L’évaporateur pourra dégager un air frais et dépollué.

 

Une nouvelle stratégie de développement commercial

Avec les réseaux CHR fermés, le contexte peut sembler difficile pour lancer une nouvelle stratégie commerciale. Pour autant la désinfection et la dépollution de l’air sont d’actualité dans les entreprises comme chez les particuliers. Éric Lafond et son service commercial, sont confiants. « Avec nos nouveaux locaux nous nous sommes donné les moyens techniques et humains pour atteindre nos objectifs. Nous avons investi, nos équipes sont formées, 2021 sera une année tremplin pour le développement de la société ». cLeaN’air, qui enregistre une progression constante entre 10 et 15 points maintient donc son cap et entend bien développer son activité sur ses zones de prédilection que sont les Côtes-d’Armor et l’Ille & Vilaine, mais également sur l’ensemble de la Bretagne grâce au partenariat avec le Groupe VERT.

 

Julie et Serge

D’ici de là, le restaurant Fast Good Made In Dinan

Depuis mars 2017 les Dinannais ont le plaisir de se régaler avec les bocaux du restaurant D’ici de là. À la tête de ce projet on trouve Serge de Thaey et Julie Balcazar. Serge est un professionnel de l’alimentation biologique et un précurseur des cantines végétariennes et biologiques. Après un passage au Canada, il rentre en France pour créer Biscru, la première entreprise Française à proposer des produits RAW FOOD. Entendez par là un régime crudivore, aussi appelé « alimentation vivante ». C’est alors qu’il croise, à Mens en Isère, la route de Julie, certifiée en naturopathie et en cuisine diététique, auteure de livre sur la diversification alimentaire. Tous deux, mordus de produits locavores et bios, sont en quête de nouvelles aventures. Ils arrivent donc en Bretagne pour lancer un projet de restaurant, bien en phase avec leurs valeurs, c’est ainsi que D’ici de là a vu le jour.

Bien plus que des produits locaux en bocaux.

Petit restaurant de seulement 24 places, D’ici de là propose donc des plats cuisinés maison en bocaux. Mais l’histoire ne s’arrête pas là ! Fervents défenseurs du circuit court, ils rayonnent à seulement 70 km autour de Dinan pour sourcer leurs produits. Les clients, essentiellement locaux eux aussi, ont le choix entre des plats gourmands vegans, végétariens, sans gluten, raw et également carnés, bio pour 80 % des produits.

Ici, pas de grand discours moralisateur mais une cuisine éclairée animée par l’envie de faire plaisir, de proposer un moment de partage convivial tout en prenant soin de sa santé, la planète et les producteurs. C’est donc tout un cercle vertueux qui se cache dans leurs bocaux :

  • Le circuit court, participe au développement de l’économie locale.
  • Les prix sont fixés par les producteurs pour plus d’équité.
  • Les plats sont cuisinés maison avec des produits frais issus des producteurs et maraîchers bio, avec des produits de saison et une parfaite transparence.
  • Les bocaux sont en verre consigné pour préserver l’environnement.
  • Un nouveau menu est proposé tous les jours et tout cela à prix abordable.

 

Des services et animations au service du Bien Manger et Manger local

D’ici de là propose un restaurant sur place mais aussi de la vente à emporter et des livraisons. Exit donc la « mal bouffe » pour les déjeuners d’affaires ou les repas pris sur le pouce. Le concept du Fast Good sain et savoureux s’invite au bureau en quelques clics depuis le site internet : https://d-ici-de-la.bzh/

Serge et Julie, ont également mis en place une épicerie afin de proposer des plats mijotés issus des surplus de production des producteurs associés. Halte au gâchis alimentaire grâce aux mijotés vegans, soupes, compotes, confitures et compotées, les surplus de fruits et légumes trouvent une seconde vie dans les rayons de leur épicerie. Stérilisés sur place ils se conservent pendant 1 an.

En panne d’idée cadeau ? On opte pour le panier gourmand à garnir au choix avec des produits locaux évidemment : soupe, confiture, mijoté, tisane à base de plantes locales, gingembre breton, bière de Dinan… Serge et Julie jouent collectifs et font la part belle aux initiatives locales. Des artistes et artisans locaux exposent également leurs œuvres afin de montrer toute l’étendue des talents du territoire. À consommer et à partager sans modération.

 

Made In Dinan

« Nous connaissons la marque depuis longtemps, beaucoup de nos amis ou confrères sont membres. Nous sommes en fait des ambassadeurs du territoire depuis l’ouverture c’est dans l’ADN de notre projet. L’adhésion à Made In Dinan est donc toute naturelle pour nous. D’ici de là est un lieu d’échanges et de partage que l’on souhaite comme une cantine dans laquelle on peut apprendre et découvrir les produits du territoire. Nous croyons en l’effet colibri pour promouvoir les talents locaux et continuer à tisser du lien, malgré le contexte. Notre idée tend à participer à notre échelle à un monde plus respectueux des hommes et de l’environnement ! Très bientôt nos bocaux porteront donc fièrement le logo Made In Dinan ». Serge de Thaey et Julie Balcazar.

 

Concept Ty spécialiste de l’immobilier d’entreprises

Concept Ty, groupe familial fondé et toujours dirigé Olivier Toupin depuis 21 ans est spécialisé en immobilier d’entreprise. La société, dont le siège est à Dinan, emploie une quarantaine de collaborateurs et réaliste un chiffre d’affaires de 20 millions d’euros.

Concept Ty décline ses expertises à travers 3 grands métiers : concepteur, constructeur et investisseur. Les activités s’étendent sur un grand quart Nord-Ouest du pays, entre Nantes, Orléans et Rouen. Selon les opportunités Concept Ty peut également intervenir à Lyon, Macon ou Valenciennes, mais la volonté du groupe reste de bien s’ancrer dans son territoire historique depuis ses agences de Dinan et Rennes.

De nouvelles cordes à leur arc

Si la promotion immobilière reste le vaisseau amiral du groupe, Concept Ty a en effet ajouté de nouvelles cordes à son arc à travers deux filiales d’ingénierie : Planing et Contracting.

Ces 2 filiales comptent 15 collaborateurs et s’inscrivent en complément de l’activité principale : bâtiments tertiaires, bâtiments d’activités, maisons médicales… Concept Ty répond donc présent face aux nouvelles attentes des clients, en quête de clef en main notamment. Vincent CORLAY, Directeur Général du groupe depuis 2015, nous en dit plus :

« Planing existe depuis près de 10 ans. Cette filiale réalise, pour l’ensemble des opérations du groupe, le bureau d’études et l’économie de la construction d’une part et l’ensemble de la maîtrise d’œuvre d’autre part. Reconnue pour son savoir-faire technique et son expertise en immobilier d’entreprise, Planing propose également ses compétences à des clients extérieurs au groupe.

Contracting est notre dernière filiale, créée en 2018. Il s’agit d’un contractant général qui réalise la maîtrise d’œuvre, mais aussi l’achat des travaux et la vente de l’ensemble des bâtiments, il s’agit donc d’opérations dites clefs en main. Concept Ty a beaucoup investi dans cette filiale, qui a gagné récemment le projet de Broons. Il était nécessaire pour le développement du groupe, d’avoir ce type d’offres ».

Zoom sur le projet réalisé par Contracting à Broons

Cette opération, en cours de développement, concerne de l’immobilier de bureaux livré clefs en main pour CERFRANCE courant janvier 2021. Sur 800 m² de plancher, Contracating a conçu et fabriqué pour son client un bâtiment tout en béton avec la technologie du prémur. Cette dernière permet d’assembler des murs préfabriqués sur le chantier, en gagnant ainsi en productivité tout en assurant une qualité très soignée de parements. 8 mois seulement (hors période de confinement) seront donc nécessaires pour fabriquer un immeuble de 800 m2 et 2 étages. Faisant la part belle à l’esthétisme le bâtiment est également doté d’un bardage métallique orange, en rappel du logo de CERFRANCE.

Les dernières actualités de Concept Ty

Le groupe vient d’inaugurer son 20e village d’activités à Nantes. Vincent CORLAY le confirme : « Nous avons une dynamique importante en termes de promotion immobilière sur les Villages d’activités. Ceux-ci accueillent des bâtiments de service aux entreprises, des commerces de gros, des showrooms…. Ces villages ont l’avantage de regrouper et mutualiser sur un même terrain, des bâtiments, des parkings, des espaces verts, le traitement de l’eau, apportant ainsi une réponse aux problématiques de densifications des communes et de raréfactions foncières. Il faut en effet, arrêter d’imperméabiliser nos sols. Nous devons toujours construire mais sur des surfaces plus petites pour nous inscrire dans une politique environnementale ».

Pour construire la ville sur la ville Concept Ty réhabilite également des fiches industrielles afin d’y créer des villages d’activités. C’est le cas à Rennes et Bruz, avec la réhabilitation d’un ancien site industriel et d’une ancienne usine de bois.

Entre télétravail et distanciation : quel est l’avenir pour l’immobilier de bureau ?

« Je ne suis pas un oracle, mais je pressens que pour les grandes agglomérations françaises où les terrains sont rares, l’immobilier reste très cher. Je pense donc qu’il y aura une orientation vers le télétravail et la distanciation, entre le lieu où l’on travaille effectivement et le siège de l’entreprise. En revanche, en région, nous sommes peu contraints à faire 1H30 de route pour aller travailler, le changement sera donc différent.

Ceci étant, je constate un ralentissement sur les bâtiments tertiaires. Beaucoup d’entreprises sont dans l’attente y compris dans les villes sur lesquelles nous intervenons : Orléans, Tours, Rennes ou encore Saint-Brieuc. Ceci n’est pas du tout le cas sur l’immobilier d’activités où nous maintenons une forte activité, malgré la crise sanitaire ». Vincent CORLAY Directeur Général Concept Ty.

Concept-Ty

8 rue Deroyer 22 100 DINAN

tel : 02 96 87 96 58

www.concept-ty.com

 

Chez Louis, un nouveau caviste à Saint-Cast-le-Guildo accompagné par le Pass Commerce et Artisanat

Louis Lelong est un passionné de vins et cela depuis longtemps. Pendant 7 ans il a vécu et travaillé dans le Languedoc. Il a ensuite décidé de reprendre ses études avec une formation viti-vinicole à SupAgro Montpellier. Louis Lelong enchaîne ensuite les expériences dans son domaine de prédilection. Il va vinifier, travailler dans les vignes et le commerce de vin, être caviste dans le Vaucluse puis passer 5 ans en Bourgogne, temple du vin s’il en est. Tous ces voyages font grandir non seulement sa passion pour le vin, mais aussi son envie d’ouvrir sa propre boutique en Bretagne.

Depuis son enfance, c’est à Saint-Cast -le-Guildo que Louis passe ses vacances. Il aime la région, les gens et leur bienveillance, il décide donc de passer le cap de la concrétisation de son rêve ici, dans sa région de cœur, avec sa compagne. Il rachète le droit au bail de l’ancien restaurant, La Bonne Recette situé au 22 rue Chateaubriand à Saint-Cast-le-Guildo en janvier 2020, pour ouvrir enfin sa propre cave « Chez Louis » évidemment !

Un coup de pouce de la Région et de Dinan Agglomération.

Pour finaliser son projet Louis Lelong s’est adressé à Véronique Anne Hourdin au sein de Dinan Agglomération, afin de connaitre les modalités du Pass Commerce et Artisanat cofinancé par la Région et Dinan Agglomération. De gros travaux de rénovation étaient nécessaires pour aménager l’espace, car il fallait repartir de zéro dans ce local. Le Pass Commerce et Artisanat a permis d’acheter du mobilier et notamment le magnifique comptoir qui est l’élément fort de la décoration de la boutique. « Les clients me disent qu’est-ce que c’est beau, qu’on a fait du bon boulot, qu’ils se sentent bien chez nous, que c’est chic et chaleureux ! Cela fait vraiment plaisir et c’est aussi grâce à cette subvention. Elle nous a apporté une vraie bouffée d’oxygène dans notre budget ».

Dès l’acquisition, Louis se lance dans les travaux pour une ouverture prévue en avril, mais il est malheureusement rattrapé par la crise sanitaire. Les retards s’enchaînent et l’ouverture de la boutique ne se fera que le 1er juin. Aujourd’hui, les choses sont lancées et une nouvelle aventure démarre pour lui.

Une cave pour découvrir, partager et se faire plaisir

Dans sa boutique Louis partage sa passion et ses sélections très personnelles de vins qu’il a tous gouté. Issue essentiellement des grandes régions viticoles françaises, sa sélection est le fruit d’années d’expérience et de dégustations. Tous ont été sélectionnés avec amour et passion par Louis afin de les faire découvrir aux néophytes comme aux connaisseurs. La gamme de prix est large avec des prix qui commencent à 4,50 euros jusqu’à une centaine d’euros pour les plus beaux flacons. Les amateurs pourront aussi trouver des vins prémiums de Bourgogne ou de la Vallée du Rhône notamment. Un coin épicerie fine à base de produits sucrés, salés et locaux ravira aussi les gourmets.

Son vin coup de cœur est un vin du Domaine Hubert Lignier sur un Morey Saint-Denis 2016, qu’il décrit comme « un vin merveilleux, de la Côte de Nuits, un vin concentré, structuré et élégant, très équilibrée sur des notes de fruits rouges avec une pointe d’épices douces ». Enfin, pour accompagner les soirées estivales à Saint-Cast-le-Guildo, il propose également un rosé du Minervois du Domaine des Maëls, un vin bio fait par une vigneronne remarquable, selon lui et qui fait déjà l’unanimité, mais aussi une large gamme de bières, spiritueux et jus de fruits.

Si l’alcool est à consommer avec modération, la poésie et l’amour des bons produits de Louis se partagent quant à eux à l’infini…

 

Site internet www.chezlouis.bzh vente en ligne, livraison offerte dans les environs de Saint-Cast ou bien ‘Drive’ retrait à la boutique.

Chez Louis – Cave et épicerie fine, 22, rue Chateaubriand 22380 Saint-Cast-le-Guildo. contact@chezlouis.bzhwww.chezlouis.bzh

ATYPIK URBAIN

Romain Delahaye

Déjà à la tête de L’ATELIER URBAIN, société de conception de mobilier urbain durable pour l’espace public, Romain Delahaye vient de créer ATYPIK URBAIN, une société annexe pour développer son activité et fabriquer ses propres produits.

Dessinateur industriel de mobilier urbain

Pendant 7 ans, Romain Delahaye a exercé son activité de dessinateur industriel dans une société spécialisée dans le mobilier urbain. Il a pu y évoluer et développer des compétences complémentaires, notamment dans la gestion et la commercialisation.

Ayant toujours voulu faire du mobilier urbain durable, il se lance et en 2019, crée sa première entreprise, L’ATELIER URBAIN, à Rouen, où il est allé rejoindre son amie. Il réalise ainsi des études de conception pour des sociétés spécialisées souhaitant proposer des produits uniques à leur catalogue. En 2020, de retour à Dinan, sa ville natale, il crée ATYPIK URBAIN pour aller plus loin dans sa démarche. Son objectif à terme est de créer, produire et commercialiser ses propres gammes de produits.

Du mobilier urbain durable et local

À travers son travail, Romain Delahaye participe à créer des villes agréables à vivre, conviviales, mais aussi plus écologiques et durables. Il développe ainsi des solutions pour se détendre et favoriser le lien social (bancs publics…), végétaliser les villes (jardinières, barrières végétalisées…), simplifier le tri des déchets (corbeilles…) ou encore favoriser la mobilité douce (supports à vélos, box sécurisés…).

Ses produits, il les conçoit de manière à réduire leur impact environnemental sur l’ensemble de leur cycle de vie. Ils sont ainsi conçus pour durer et n’utilisent que des matériaux résistants qui soient biosourcés, recyclables ou recyclés avec un approvisionnement et une fabrication le plus local possible. Il développe des partenariats avec des entreprises de la région qui apportent des solutions adaptées à son objectif, comme une entreprise du Morbihan qui fournit du bois thermo traité, issu d’un processus naturel ne nécessitant aucun produit chimique.

Romain Delahaye intègre la pépinière d’entreprises gérée par Dinan Agglomération à Broons, une structure adaptée à ses objectifs, en mars 2020. Dans le futur, il souhaite en effet développer son réseau sur le grand Ouest et travailler directement avec les collectivités et sociétés de pose. C’est une des conditions nécessaires pour apporter des réponses adaptées aux demandes avec une gamme de mobilier urbain standard, mais aussi des produits sur mesure.

 

ATYPIK URBAIN

ZA du Pilaga – BROONS

 

tél : 09 86 64 20 07

contact@latelier-urbain.fr

La crêperie La Bigoudène, lauréat des Eco-défis

Gilles Bouexière a ouvert sa crêperie, « La Bigoudène » il y a près de 15 ans. Engagé depuis plusieurs années pour rendre son activité plus respectueuse de l’environnement, il a décidé l’an dernier de participer aux éco-défis*. Un challenge réussi sur lequel il revient pour apporter son témoignage et nous présenter sa démarche.

Un professionnel de la restauration depuis 24 ans

Avant d’ouvrir la Bigoudène, Gilles Bouexière était déjà à la tête de La Bonne Brioche, à quelques pas de son actuel restaurant. La crêperie, ouverte en 2005 est située dans le centre historique de Dinan, Place des Cordeliers. Avec près d’une centaine de couverts en haute saison, dont 70 en terrasse, le restaurant emploie toute l’année 3 permanents et 3 apprentis. L’équipe est renforcée l’été et compte au total 14 employés.

Le souci de la qualité

Sa démarche qualité, Gilles Bouexière la place tout d’abord dans la sélection de ses produits. Il ne travaille qu’avec des produits frais, et dès qu’il le peut, il se fournit en local auprès de petits producteurs pour les œufs, les farines, mais aussi le jus de pomme, le cidre, les produits de la mer ou encore les glaces. A partir de 2015, cet engagement est reconnu officiellement. La crêperie est en effet labellisée Crêperie Gourmande.

L’engagement écologique

Depuis plus de deux ans, Gilles Bouexière agit également pour réduire l’empreinte environnementale de son établissement. Faire le tri sélectif est une première étape. Il recycle également ses huiles de cuisson. Quand il lit un article dans le journal sur les éco-défis, il saisit cette occasion pour aller plus loin et profiter d’un accompagnement. Parmi les défis proposés il en choisit trois à relever. Ainsi, il fait modifier tout l’éclairage du restaurant pour passer aux Leds et utilise désormais des produits d’entretien éco labellisés.

Il s’engage également à réduire les déchets liés aux emballages. Sans doute l’aspect le plus difficile du projet. Pour y parvenir, il commence à échanger avec ses fournisseurs pour qu’ils acceptent de reprendre leurs emballages en vue de leur réutilisation. Plusieurs d’entre eux jouent le jeu. Distrimalo reprend ainsi les cagettes qui ont servi à livrer les légumes. ValFrance reprend également ses cartons. Du côté de Promocash, ils livrent maintenant leurs produits en cagettes consignées.

Après les éco-défis…. De nouveaux projets

Cette expérience a conforté Gilles Bouexière dans sa démarche. « Les entreprises ont un rôle à jouer pour la transition énergétique. Tout le monde est concerné. Chacun peut adopter des gestes qui sont finalement peu contraignants mais qui ont leur importance. J’ai déjà pensé à de nouvelles façons d’agir à mon niveau. »  Pour réduire la consommation d’huile et d’électricité, il a remplacé sa grande friteuse par deux petites, permettant de s’adapter aux besoins réels. Depuis le début de l’année, les pailles ont été complètement supprimées. Le prochain projet est de faire poser un bac à graisse pour prétraiter les eaux usées, même si ce n’est pas encore une obligation légale.

« Nous réfléchissons également à la manière de valoriser ou recycler les épluchures de légumes, les capsules, les bouchons et le marc de café. En tant que professionnel, il est important de ne pas se reposer sur ses lauriers. Il faut savoir évoluer et mettre en place les bonnes pratiques. »

Crêperie La Bigoudène

17, place des Cordeliers

22100 Dinan

Tel : 02.96.39.85.57.

labigoudenedinan@gmail.com

https://creperielabigoudene.fr/

 

*La marque Eco-Défis® valorise les entreprises qui mettent en place des actions concrètes en faveur de l’environnement autour de 7 thématiques : déchets, emballages, énergie, transport, eau, produits et sociétal-durable.

La campagne a été menée en 2018 par la Chambre de Métiers et de l’Artisanat en partenariat avec Dinan Agglomération auprès des commerçants et artisans volontaires.