Portrait

C’est en franchise que Corentin Louvat a décidé de créer son entreprise. Pour lui, le premier confinement de 2020 a été décisif en faisant ressortir son besoin d’être au cœur de l’action. Il rejoint alors le réseau Petits-fils, spécialisé dans le maintien à domicile des personnes âgées.

Créer son entreprise, un projet de longue date

Après une formation en Ecole de commerce à Lille, Corentin arrive en Bretagne pour débuter son activité professionnelle dans le domaine de la santé. Il intègre en effet un cabinet de conseil spécialisé dans l’accompagnement à la création de maisons de santé.

S’il aspire depuis longtemps à créer sa propre entreprise, le télétravail dû au premier confinement va précipiter les choses. Il réalise en effet à quel point il a besoin d’être dans l’opérationnel, au contact des gens. Profitant de cette période d’introspection pour affiner son projet, Corentin entend parler du réseau Petits-fils. Ce qu’il en découvre correspond parfaitement à ses attentes : poursuivre une activité dans le domaine de la santé pour donner du sens à son travail et se rendre utile. Il débute alors les démarches pour créer sa propre agence à Dinan et suit notamment quatre semaines de formation.

Petits-fils, un réseau au service des personnes âgées

La franchise Petits-fils compte 200 agences en France et s’adresse aux personnes âgées en perte d’autonomie souhaitant continuer à vivre à domicile. En recrutant des auxiliaires de vie qui interviennent à domicile pour l’aide à la toilette, la préparation des repas, les courses ou encore pour assurer une présence de nuit, les agences Petits-fils accompagnent les personnes âgées au quotidien en leur proposant un service sur mesure avec des intervenants de qualité.

C’est ce côté humain que Corentin apprécie. Dans ce métier du relationnel, la confiance est primordiale. C’est pourquoi une grande attention est portée au choix et à la régularité des intervenants : chaque bénéficiaire est assuré d’avoir toujours le même intervenant, sur un planning fixe. Les conditions de travail des auxiliaires de vie sont aussi essentielles : leur planning est adapté à leurs disponibilités, elles interviennent toujours auprès des mêmes personnes et bénéficient d’une rémunération avantageuse.

Ecodia, de nombreux atouts pour se lancer

Lauréat du réseau Entreprendre, Corentin cherchait des locaux commerciaux et a été orienté vers la pépinière d’entreprise. « Lors de mon premier rendez-vous, j’ai tout de suite compris les avantages d’intégrer Ecodia pour lancer mon activité. Le coût, mais aussi les services mutualisés ainsi que le fait d’être dans un environnement axé autour de l’entrepreneuriat sont des atouts importants. On ne se sent pas isolé. On peut rencontrer d’autres entrepreneurs, profiter de la dynamique et de l’émulation internes. »

www.petits-fils.com/

tél : 02 30 03 99 90

mail : corentin.louvat@petits-fils.com

Broons, MAE déménage et conforte sa présence sur le territoire

Manche Atlantique Équipements, est une entreprise spécialiste de l’outillage pneumatique, c’est-à-dire tout ce qui fonctionne avec de l’air comprimé à destination des professionnels. Créée en 1993 par Luc Guitton, MAE a été rachetée en 2015 par les actuels dirigeants, Hervé Bour et Sébastien Alory. Ensemble, ils s’attachent à poursuivre le développement de cette société qui faisait un chiffre d’affaires de 2.4 millions d’euros en 2015, et qui s’apprête à boucler cette année 2021 avec un CA de 5 millions d’euros. Pour pérenniser l’activité et s’ancrer toujours plus dans le territoire broonais, les associés viennent de faire construire un tout nouveau bâtiment.


Zoom sur les savoir-faire de MAE
Les produits distribués par MAE, sont exclusivement dédiés aux professionnels de l’automobile ou de l’industrie : clés à choc, moteur pneumatique pour vissage… L’entreprise revend ses produits auprès des réseaux de distribution professionnels, qui les proposent ensuite aux garagistes ou aux industriels. En 2000 MAE a créé sa propre marque d’outillage, commercialisée sous le nom de Général Pneumatic. La marque accompagne au quotidien les professionnels de matériels roulants automobiles ou poids lourds, mais également les travaux publics et agricoles, la maintenance industrielle, les professionnels du meuble, de l’assemblage, de la production, de la construction métallique, et enfin l’aéronautique et le nautisme.


Plus grand, plus haut
Pour poursuivre son développement MAE a fait le choix de construire un tout nouveau bâtiment. En effet, anciennement installée dans la ZA du Pilaga, MAE s’est désormais installée dans ses nouveaux locaux sur le Parc d’activités du Chalet. « C’était important pour nous de rester sur le territoire de Broons. Tout d’abord nos collaborateurs vivent majoritairement ici et nous avions à cœur de préserver leur qualité de vie. Ensuite, nous avons la chance d’être installés près d’un axe routier majeur ce qui est indispensable pour l’enlèvement de nos marchandises », précise Sébastien Alory dirigeant associé. Le nouveau site s’étend sur 1000 m², contre 600 m² dans l’ancien bâtiment, et apporte notamment une large surface de stockage de 800 m² sur 8 m de haut pour rester compétitif et livrer les clients rapidement.
Pour relever les défis de demain, MAE peut compter sur ses 15 collaborateurs. 7 travaillent sur le site de Broons et les 8 autres, dont les 2 associés sillonnent les routes de France. Cette présence partout en France, au plus près de leurs clients est un axe fort du développement commercial de l’entreprise.


Contact MAE
Parc d’Activités du Chalet 22250 Broons
02 96 84 65 59
contact@mae-fr.com

 

Les lauréats du Concours Etincelles 3ème édition

Prix création d’entreprises : Ti-Lo

Cidrerie « nouvelle génération », créatrice de boissons innovantes


Ti-Lõ est un projet familial : Pierre et Simon, deux jeunes passionnés et frères jumeaux, se sont donnés pour mission de dépoussiérer un classique breton : le cidre. Simon s’est lancé seul à 100% sur le projet.
Trop souvent apprécié comme une simple boisson de crêperie, ils souhaitent redonner au cidre son statut social connecté aux nouvelles aspirations de l’époque. Ainsi Ti-Lõ, créé en 2020, propose des cidres nouvelle génération, 100% biologiques, éthiques et engagés.
Les deux premiers produits :
le cidre IPA bio, un cidre audacieux, infusé au houblon de bière IPA
le cidre BRUT bio, un classique réinventé
100% biologiques : Ti-Lo a fait le choix de façonner ses produits avec des variétés de pommes biologiques, récoltées en ultra-local entre Dinan et Saint-Malo. Ses cidres sont sans sucre ajouté et sans additif.
éthiques et engagés : l’entreprise s’engage à promouvoir le lien avec la nature, comme par exemple en produisant des pommes de qualités, mais aussi en limitant ses nuisances (pas d’intrants chimiques, certification bio). Son engagement se retrouve jusque dans ses étiquettes qui sont créées avec comme objectif d’utiliser le moins de papier possible. Pour réaliser les visuels, l’entreprise collabore avec une jeune photographe de la région.
uniques : Ti-Lo propose une gamme créative de cidre, celle-ci étant composée aujourd’hui de deux produits. Sa devise : “terminé le copié collé, place à l’imagination”. Afin de casser les codes du cidre “classique”, les fondateurs ont créé le premier cidre IPA bio français, un cidre infusé au houblon bio. La gamme sera complétée avec des cidres audacieux, des micros-cuvées éphémères, en créant des assemblages surprenants tous les 3 mois.
Simon : « Pour nous, créer Ti-Lõ, c’est notre manière de faire vivre une tradition bretonne, un patrimoine hérité de ceux qui nous ont précédés, de nos grands-parents. Ils s’appellent Claudine, Annick, Claude et Michel et nous ont transmis leur amour pour le patrimoine, la terre et les pommes. En faisant vivre cet héritage aujourd’hui, nous participons à notre tour à son enrichissement. »
Retrouvez Ti-Lo sur leur page Facebook : Ti-Lõ Breton @tilo.breton

Prix reprise d’entreprises : L’Eprouvette
Reprise d’un bar café restaurant en tiers lieux à Saint-André-des-Eaux


Ils s’appellent Clémence, Clément, Xavier, Nolwenn, Clémentine, Thomas, Pauline et Thibault et se lancent dans l’aventure pour animer et développer « ce coeur de village ». Ils souhaitent :
Favoriser le dynamisme culturel et économique de Saint-André-des-Eaux à travers une offre complète : 3 activités commerciales articulées, entre café-bar, restaurant convivial et épicerie participative, permettant de nourrir les activités socio-culturelles du lieu,
Proposer un espace nourricier, porté par le territoire : valorisation de la production agricole et artisanale locale, participant au développement du système de production alimentaire territorial,
Recréer du commun pour la commune : une gouvernance partagée vectrice d’échanges et d’usages variés, pour une vie communale portée en co-responsabilité.
Ainsi, le projet développé sous forme de SCIC est co-construit en amont par le biais de rencontres avec les élus, les habitants, les associations, …un questionnaire a été soumis à chacun pour nourrir l’offre du projet par les idées et proposer de s’y investir.

Prix coup de cœur du jury : la Ferme de Saint-Daniel
Plantes comestibles, épices et produits exotiques

Valentin a débuté son activité en 2016, en produisant tout d’abord des légumes. Avec l’envie de se démarquer, il a par la suite décidé de cultiver des fleurs comestibles et d’acclimater des plantes exotiques. Il produit désormais le premier gingembre breton.
Une passion pour l’horticulture
Valentin a toujours été passionné par les plantes. Il crée son entreprise, La Ferme de Saint-Daniel, et commence à produire des légumes, tout en expérimentant d’autres cultures.
Il souhaite se démarquer. Ayant fait une thèse sur les fleurs comestibles, il plante ainsi un grand nombre de variétés qu’il propose aux restaurateurs de la région. Capucine, bourrache, pensées, primevères, lys, œillets, bleuets… Sont également vendues sur place aux particuliers.
Acclimater des produits exotiques
Egalement sensible aux problématiques environnementales, Valentin se lance rapidement un nouveau défi, dans l’objectif de réduire l’impact des importations : acclimater des variétés tropicales au climat breton.
Sa première réussite dans ce domaine ? Produire du gingembre local. Après deux ans de travail, il parvient à faire sa première récolte de gingembre. Le résultat est prometteur. Son gingembre présente des caractéristiques propres, avec notamment un goût plus fort en citronnelle et une couleur spécifique, légèrement plus verte. Pour ce premier gingembre breton, il a d’ailleurs été primé au salon agricole de Pontivy où il a reçu la mention spéciale du jury.
Valentin ne compte pas s’arrêter là. Sous ses serres, il expérimente déjà de nouvelles productions : poivre, vanille, curcuma, légumes africains…
37 le boculé 22980 Vildé-Guingalan
fr-fr.facebook.com/laFermedestdaniel/
valentin.moricet@hotmail.fr

Prix du public : Nellumbo
Nellumbo, la première marque de produits de soin pour animaux 100 % d’origine naturelle et vegan


Des produits conçus et fabriqués en Bretagne
A la tête de Nellumbo on retrouve un couple breton, Nadège et Rodolphe Congalves amoureux des animaux et de la nature, dont le quotidien est rythmé par leur écurie de propriétaire et de chevaux en convalescence qui les amène à une problématique récurrente : trouver des produits efficaces, 100 % d’origine naturelle et parfaitement adaptés. Le manque de règlementation dans le monde animal amène souvent à trop peu de transparence sur les ingrédients et leurs origines, aux formules douteuses et inefficaces.
C’est pourquoi Nellumbo, créateur de bien-être animal, communique en toute transparence sur ses matières premières et ses vertus. Les produits sont garantis 100 % d’origine naturelle. La marque conçoit fabrique plusieurs gammes de produits, s’adressant aux chevaux, aux chiens et aux chats, depuis son laboratoire situé en Bretagne, près de Dinan. Le couple est accompagné en R & D par Sandrine Morvan, Ingénieure et experte en formulation et réglementation cosmétique.
A propos de Nellumbo, quand se rencontrent passion et convictions
Le nom Nellumbo est avant tout une histoire de passion et de sens donné à la vie. En latin, « Nelumbo Nucifera » signifie fleur de lotus. Cette fleur, hautement symbolique voire même sacrée, est synonyme de pureté, de renouveau et de bien-être. Elle puise sa force dans la nature et les éléments qui l’entourent, ce qui a tout son sens chez Nellumbo.
Nadège : « Je me suis toujours préoccupée du bien-être des animaux, d’abord les chevaux, une vraie passion, un investissement sans faille pour le bien de notre écurie, pour le bien-être de mes chevaux et ceux des propriétaires ! Mon métier de physiothérapeute m’a permis de travailler auprès de cavaliers professionnels et amateurs. Cette expérience me conduit naturellement à m’intéresser aux produits que nous utilisons pour nos compagnons ».
Rodolphe : « Amoureux de la nature et toujours partant pour de grandes aventures, j’aime bâtir, créer, innover et entretenir. Je me suis toujours investi avec force et passion pour créer un environnement propice au bien-être de mes chevaux et de mes animaux de compagnie. Je ne suis pas un grand cavalier, mais ce lien si particulier qui peut unir un homme à un animal m’a toujours fasciné ».
« C’est une aberration pour nous de ne pas savoir ce qu’il y a vraiment dans les produits que nous appliquons quotidiennement sur nos compagnons »
Contact Nellumbo // 06 18 34 18 51 // 18, la desvrie // 22630 Saint-André-des-Eaux // www.nellumbo.fr

Julien Herry

Julien Herry : Photographe humaniste et portraitiste

Installé à Saint-Hélen, Julien Herry est devenu auto-entrepreneur il y a trois ans, après quinze ans de services auprès des animaux en tant que soigneur animalier. Après une reconversion, il s’attache à mettre en image la passion des personnes qu’il photographie. S’il ne possède pas de local, il se déplace chez les passionnés, les familles ou les futurs mariés afin de mieux appréhender leurs attentes. Séance ou reportage, le photographe propose une prestation en toute simplicité, à la recherche constante de l’âme qui fera toute la différence.

 

Une passion devenue profession

Après une maîtrise de biologie et d’études comportementales animales, Julien Herry découvre le métier de soigneur animalier en parc zoologique au travers des stages. Durant 15 ans, il travaille auprès des animaux du Domaine de la Bourbansais, ainsi qu’un an au Zoo de Thoiry.

En parallèle de son activité, Julien Herry entretient une passion pour la photographie. Après des années passées au parc zoologique, il fait de sa passion une profession grâce à laquelle il souhaite mettre en image la relation entre l’Homme et l’animal.

 

L’humain au cœur de la photographie

Allier la photographie aux relations humaines, c’est le rêve de Julien Herry. S’il est ouvert à d’autres prestations ; mariage, famille et passion sont les trois entités qu’il met à l’honneur et valorise à travers ses clichés. Fidèle à ses valeurs, il n’a qu’un maître-mot : la sincérité. Il explique : « J’attache une importance à l’émotion, à la simplicité et à l’authenticité. » Pour les professionnels comme pour les particuliers, ce qui lui importe, c’est l’âme qui émane des personnes photographiées.

Entre reportages photo ou séances de photographie corporate, en intérieur ou en extérieur, Julien Herry se met au service des autres afin de retranscrire la passion qui les anime. Pas d’accessoire, peu de mise en scène, sans artifice … pour lui, c’est le naturel qui compte. « Lors de mes reportages, je suis le photographe, mais je suis aussi comme un ami. Si cela correspond à la personnalité des gens, je me fais un plaisir de les immortaliser de manière naturelle. »

 

De nouveaux projets autour des professionnels

Outre les prestations avec les particuliers, Julien Herry souhaite développer son activité autour du corporate, grâce aux séances et aux reportages destinés aux entreprises.  Par ailleurs, il désire associer la photographie à de nombreux secteurs professionnels. Par exemple, il travaille avec Katell Leclaire, créatrice de bijoux et ambassadrice Made in Dinan, afin d’illustrer la fabrication des alliances avant leur échange à la Mairie. Il recherche désormais de nouveaux prestataires passionnés afin de trouver de nouveaux partenariats avec des professionnels. Le message est lancé…

 

Le côté Made In Dinan :

Pour Julien Herry, être ambassadeur de Made In Dinan, c’est une manière de faire promouvoir les échanges, et de valoriser le savoir-faire des professionnels locaux. Il rapporte : « Dinan est une ville à taille humaine, et cela correspond aux valeurs qui me sont chères. Je travaille beaucoup sur les prestations locales. Il était important pour moi de m’associer avec des personnes qui partagent ma vision des choses. Au travers de mes images, la beauté du territoire de Dinan est mise en valeur. »

 

https://julienherryphotographe.fr

Tel : 06.78.31.90.20

mail@julienherryphotographe.fr

Former pour recruter, le dispositif de Job & Box casse les codes du recrutement

Le groupe d’intérim Job & Box apporte de nouvelles réponses aux besoins de recrutement des entreprises. Dans le contexte économique actuel, de nombreux secteurs ont en effet du mal à recruter, notamment dans l’agroalimentaire et le bâtiment. Job & Box mise sur un nouveau dispositif de formations courtes et sur-mesure : « Former pour recruter ».

 

Spécialisée dans l’intérim et le recrutement dans tout secteur d’activité en Bretagne (bâtiment, logistique, agroalimentaire, industrie, ingénierie…), Job & Box constate que les entreprises ont du mal à recruter du personnel qualifié. Dans le même temps, elle reçoit de plus en plus de profils de candidats en quête d’une nouvelle vie professionnelle, mais qui ne peuvent se positionner sur certaines offres faute de compétences adaptées.

De ce double constat est née l’idée de créer des formations professionnelles courtes pour attirer les talents, et pérenniser les emplois dans les entreprises en développement, c’est toute la mission du dispositif « Former pour recruter ».

 

« Former pour recruter », par Form@job

Form@job, l’organisme de formation du groupe Job & Box, sécurise et consolide ce parcours grâce à son dispositif baptisé « Former pour recruter ».  Celui-ci permet de proposer à des stagiaires en reconversion des formations en situation réelle, afin d’apprendre des gestes professionnels sur le terrain. Concrètement des modules de formation courte sur-mesure ont donc été créés selon les besoins métiers, en étroite collaboration avec les entreprises. Pendant 400 h de formation (soit environ 2 mois et demi) prise en charge par Pôle emploi, le stagiaire apprend les gestes du métier sur le terrain, sans passer par la case « école », mais accompagné par un « formateur » désigné dans l’entreprise. L’apprenant est ensuite embauché par l’entreprise pour un contrat de travail temporaire puis en CDI.

Ce dispositif s’adresse aux entreprises qui recherchent des profils en pénurie, notamment dans le bâtiment ou l’agroalimentaire. Deux premières promotions ont été mises en place avec des entreprises locales : Herisson, Guindé et Atout Confort. Elles ont permis de former une dizaine de personnes en reconversion, qui exercent désormais les métiers de plaquiste, carreleur, bardeur, électricien, menuisier-poseur, solier-moquettiste ou encore plombier-chauffagiste. Les candidats à la reconversion, sélectionnés par Job & Box, doivent présenter des prérequis de savoir-être et une attitude positive dans le monde du travail.

À la clé de cette rencontre entreprise-apprenant : pour l’employeur c’est l’embauche d’un nouveau collaborateur formé efficacement ; pour le demandeur d’emploi c’est une reconversion réussie pour un emploi pérenne.

Romain, en formation chez Guindé témoigne

« Je me suis inscrit à cette formation pour découvrir un nouveau métier, sans forcément retourner à l’école. Apprendre directement sur le terrain, c’est bien plus intéressant. J’ai un tuteur en permanence avec moi, il m’apprend le métier. J’ai choisi d’apprendre le métier de bardeur étancheur, avant j’étais dans le commerce je vendais des chaussures dans un magasin. J’avais envie de voir autre chose que le commerce, le milieu du bâtiment m’a attiré car on voit l’avancement des choses. Je conseille vraiment cette formation pour apprendre un métier, sans retourner à l’école. Les formateurs sont sélectionnés, c’est motivant, je suis très heureux de mon choix de reconversion ».

 

Job & Box renforce ses équipes

Bon à savoir, le groupe Job & Box connaît aujourd’hui un fort développement, qui le conduit à recruter aussi pour ses propres besoins. Une dizaine d’emplois sont donc à pourvoir, pour des postes de chargé de recrutement, responsable d’agence, responsable de secteur ou encore chargé d’affaires.

Christophe Bernard et Marek Fest

La Brasserie de Dinan : Christophe Bernard et Marek Fest

Depuis 2019, les deux amis brassent leurs bières artisanales et développent leur entreprise sur le territoire dinannais. Ils imaginent leurs produits, en associant systématiquement plaisirs de la table, ancrage local et développement durable.

Christophe et Marek, des épicuriens avant tout

Originaires de Bretagne, Christophe et Marek, amis de longue date, ont chacun expérimenté la vie dans le sud de la France avant de ressentir le besoin de revenir aux sources. Christophe, moniteur de bateau et de jet ski cherchait à se reconvertir et à s’installer en Bretagne. Marek quant à lui, a longtemps travaillé dans la restauration aux côtés de grands chefs avant de devenir professeur de yoga.

Tous deux issus d’une famille de restaurateurs, ils ont pour point commun le goût pour les plaisirs de la table. Quand l’opportunité de reprendre la brasserie des Alizés se présente, ils décident de se lancer dans le projet. Si la reprise de la brasserie ne se concrétise finalement pas, ils ne renoncent pas pour autant à monter leur entreprise. Installée dans un atelier de la pépinière d’entreprises Ecodia, la Brasserie de Dinan voit ainsi le jour en juin 2019.

Des bières à déguster autour d’un bon repas

Ces amoureux de la table voulaient développer une gamme de bières pouvant bien sûr s’apprécier à l’apéritif, mais aussi être savourées lors d’un repas. Ils travaillent ainsi sur l’accord mets/bière pour développer leur première gamme, avec La Duguesclin, l’Esther de la Rance, l’Excelsior et les Toiles de Dinan. Blonde, rousse, ambrée ou blanche, à chaque plat sa bière ! Toujours avides de découvertes et d’expérimentations, Christophe et Marek se réinventent sans cesse à travers leurs « One Shot », des séries limitées tout droit sorties de leur débordante imagination culinaire !

Un engagement durable et local

L’entreprise ne se limite pas à brasser de la bière, Christophe et Marek placent leur activité dans une vision plus globale. L’objectif n’est pas d’exporter à l’autre bout du monde leurs produits, mais plutôt de s’ancrer localement et de travailler avec les entreprises et artisans locaux, tout en veillant à limiter leur impact environnemental. Et les idées ne manquent pas.

En 2021, ils développent « la petite cuisine de la brasserie », une gamme de produits complémentaires, issus de leur activité de brassage : vinaigre de bière, fleur de sel de Guérande au houblon, levure de bière… Et pour ne pas jeter les drêches, résidus de brassage des céréales, ils les utilisent pour préparer des crackers pour l’apéritif ou remettre au goût du jour le pain du brasseur.

Le côté Made in Dinan

Devenir ambassadeur Made in Dinan est une évidence en accord avec leur démarche de valorisation des savoir-faire et initiatives locales. Les deux entrepreneurs ont à cœur de participer au dynamisme du territoire en travaillant avec les producteurs, restaurateurs, artisans et distributeurs locaux.

www.labrasseriededinan.com

33 avenue René Cassin

22100 Dinan

Tel : 02.96.89.87.56

contact@labrasseriededinan.com

Geneviève Brune & Pierre Durand

Brune & Durand : bougies parfumées exclusives, 100 % naturelles

 

Geneviève Brune et Pierre Durand ont véritablement relevé un défi il y a 7 ans en s’installant à Pleudihen-sur-Rance : faire de la passion de Geneviève leur nouvelle activité. Aujourd’hui, ils proposent une large gamme de bougies artisanales 100 % naturelles sur les marchés et dans les boutiques de la région.

2013 : le début de l’aventure

Quand l’envie se fait sentir de se mettre au vert en quittant Paris où Geneviève et Pierre exercent tous deux leur carrière professionnelle, c’est un véritable changement de vie qui s’amorce. Ils décident de se rapprocher de la famille de Pierre qui vit en Bretagne et s’installent à Pleudihen-sur-Rance. Ils se donnent alors un an pour tester la nouvelle activité qu’ils ont en tête.

Déjà à Paris, Geneviève avait pour passion la création de bougies parfumées. Cette activité l’avait amenée à travailler sur les matières premières qui convenaient le mieux tout en respectant un processus de fabrication 100 % naturel. La création de Brune et Durand se fait donc dans cette continuité.

Une gamme de bougies parfumées 100 % naturelles

En véritable artisan cirier, Geneviève façonne manuellement des bougies à base de cire végétale et de cire d’abeille. Elle n’utilise ni solvant chimique, ni paraffine. Les bougies ainsi produites ne contiennent aucun CMR, ces agents chimiques toxiques largement décriés qui polluent l’air intérieur. Geneviève développe également des senteurs exclusives, à partir d’huiles essentielles et de parfums premium.

Le résultat ? Des bougies parfumées 100 % naturelles qui durent plus longtemps, parfument plus et produisent moins de suie.

Le packaging, c’est Pierre qui s’en charge. Il créé les boites de conditionnement qu’il a imaginées, à base de kraft recyclé. Une conception écologique et un design authentique qui correspondent parfaitement à l’état d’esprit du couple et aux produits qu’ils développent.

La dernière nouveauté ? Le bosquet, une création originale et exclusive, sans équivalent sur le marché. Cet objet de décoration au design sobre et épuré s’inspire d’un bouquet de fleurs et parfume agréablement une pièce sans aucune flamme ni émanation. Les corolles parfumantes en cire végétale, montées sur des tiges métalliques, diffusent en continu une senteur délicate et élégante, entièrement naturelle, pendant 4 à 6 mois. Le bosquet et ses quatre ambiances parfumées (Orangeraie, Bretagne, Sous-bois et Ile Bourbon) ont déjà trouvé leur public et rencontrent un vif succès.

 

Le côté Made in Dinan

« Pleudihen-sur-Rance est notre ville d’attache depuis maintenant 7 ans. Quand nous avons entendu parler de la marque Made in Dinan, nous avons décidé d’en devenir les ambassadeurs. C’est l’occasion de renforcer l’ancrage régional de nos produits, mais aussi une opportunité unique de rencontrer d’autres professionnels du territoire dinannais. »

 

2, rue Beaumarchais

22690 Pleudihen sur Rance

bruneetdurand@gmail.com

http://bruneetdurand.com

Tel : 06 62 18 07 79

cLeaN’air s’offre de nouveaux locaux pour accompagner l’accélération de son développement.

Depuis septembre 2020, les nouveaux bâtiments de la société cLeaN’air sont venus enrichir la ZA du Clos de Landes de Lanvallay. Installée sur le territoire de Dinan Agglomération depuis 2013, la société fondée et dirigée par Éric Lafond, est spécialisée dans l’entretien et le nettoyage des réseaux d’extractions des cuisines professionnelles et le nettoyage des gaines et conduits de VMC et des climatiseurs. Avec ses 200 m2 flambant neufs la société affiche de belles ambitions de développement commercial malgré le contexte sanitaire singulier.

 

La force de la mutualisation.

Acteur économique bien connu du territoire, Éric Lafond est le fondateur de Lafond Nettoyage. Spécialisé dans la propreté depuis 20 ans, il a décidé en 2017 de vendre sa société au Groupe VERT afin de se concentrer sur le développement de cLeaN’air. L’objectif, clairement affiché avec ses partenaires, était de créer un pôle service dédié à la propreté et au nettoyage sur un seul et même site. C’est désormais chose faite avec le déménagement et le rapprochement géographique avec Lafond Nettoyage. Les services sont multipliés et mutualisés.

 

Zoom sur les expertises

Les expertises de cLeaN’air se déclinent autour du nettoyage et de la désinfection :

  • Le nettoyage et le dégraissage des hottes de cuisine pour les professionnels, restaurants, collectivités, établissement de santé ou encore salles des fêtes.
  • La VMC (Ventilation Mécanique Centralisée) : c’est-à-dire le nettoyage et la désinfection de tous les équipements permettant la circulation de l’air et son renouvellement. L’entreprise travaille avec un système d’aspiro-brossage associé à un système de brumisateur afin de désinfecter et fournir un air dépollué. Si la clientèle était essentiellement professionnelle (entreprises, industries, bureaux, collectivités, etc.), le contexte sanitaire a changé la donne et de nombreux particuliers en quête de désinfection font désormais appel à ce service.
  • La climatisation : cette expertise est dédiée aux réseaux CHR (Cafés Hôtels et Restaurants), entreprises ou collectivités. cLeaN’air s’appuie sur un protocole précis qui consiste à démonter l’appareil afin de nettoyer, désinfecter, puis remonter tous les organes du système. Ces actions sont primordiales, car une climatisation mal entretenue est un vecteur avéré de transmission des bactéries.
  • Les évaporateurs : il s’agit ici de traiter le froid dans les établissements, (industrie et commerces alimentaires) de conditionnement et stockage des produits, soient les chambres froides. L’évaporateur pourra dégager un air frais et dépollué.

 

Une nouvelle stratégie de développement commercial

Avec les réseaux CHR fermés, le contexte peut sembler difficile pour lancer une nouvelle stratégie commerciale. Pour autant la désinfection et la dépollution de l’air sont d’actualité dans les entreprises comme chez les particuliers. Éric Lafond et son service commercial, sont confiants. « Avec nos nouveaux locaux nous nous sommes donné les moyens techniques et humains pour atteindre nos objectifs. Nous avons investi, nos équipes sont formées, 2021 sera une année tremplin pour le développement de la société ». cLeaN’air, qui enregistre une progression constante entre 10 et 15 points maintient donc son cap et entend bien développer son activité sur ses zones de prédilection que sont les Côtes-d’Armor et l’Ille & Vilaine, mais également sur l’ensemble de la Bretagne grâce au partenariat avec le Groupe VERT.

 

Julie et Serge

D’ici de là, le restaurant Fast Good Made In Dinan

Depuis mars 2017 les Dinannais ont le plaisir de se régaler avec les bocaux du restaurant D’ici de là. À la tête de ce projet on trouve Serge de Thaey et Julie Balcazar. Serge est un professionnel de l’alimentation biologique et un précurseur des cantines végétariennes et biologiques. Après un passage au Canada, il rentre en France pour créer Biscru, la première entreprise Française à proposer des produits RAW FOOD. Entendez par là un régime crudivore, aussi appelé « alimentation vivante ». C’est alors qu’il croise, à Mens en Isère, la route de Julie, certifiée en naturopathie et en cuisine diététique, auteure de livre sur la diversification alimentaire. Tous deux, mordus de produits locavores et bios, sont en quête de nouvelles aventures. Ils arrivent donc en Bretagne pour lancer un projet de restaurant, bien en phase avec leurs valeurs, c’est ainsi que D’ici de là a vu le jour.

Bien plus que des produits locaux en bocaux.

Petit restaurant de seulement 24 places, D’ici de là propose donc des plats cuisinés maison en bocaux. Mais l’histoire ne s’arrête pas là ! Fervents défenseurs du circuit court, ils rayonnent à seulement 70 km autour de Dinan pour sourcer leurs produits. Les clients, essentiellement locaux eux aussi, ont le choix entre des plats gourmands vegans, végétariens, sans gluten, raw et également carnés, bio pour 80 % des produits.

Ici, pas de grand discours moralisateur mais une cuisine éclairée animée par l’envie de faire plaisir, de proposer un moment de partage convivial tout en prenant soin de sa santé, la planète et les producteurs. C’est donc tout un cercle vertueux qui se cache dans leurs bocaux :

  • Le circuit court, participe au développement de l’économie locale.
  • Les prix sont fixés par les producteurs pour plus d’équité.
  • Les plats sont cuisinés maison avec des produits frais issus des producteurs et maraîchers bio, avec des produits de saison et une parfaite transparence.
  • Les bocaux sont en verre consigné pour préserver l’environnement.
  • Un nouveau menu est proposé tous les jours et tout cela à prix abordable.

 

Des services et animations au service du Bien Manger et Manger local

D’ici de là propose un restaurant sur place mais aussi de la vente à emporter et des livraisons. Exit donc la « mal bouffe » pour les déjeuners d’affaires ou les repas pris sur le pouce. Le concept du Fast Good sain et savoureux s’invite au bureau en quelques clics depuis le site internet : https://d-ici-de-la.bzh/

Serge et Julie, ont également mis en place une épicerie afin de proposer des plats mijotés issus des surplus de production des producteurs associés. Halte au gâchis alimentaire grâce aux mijotés vegans, soupes, compotes, confitures et compotées, les surplus de fruits et légumes trouvent une seconde vie dans les rayons de leur épicerie. Stérilisés sur place ils se conservent pendant 1 an.

En panne d’idée cadeau ? On opte pour le panier gourmand à garnir au choix avec des produits locaux évidemment : soupe, confiture, mijoté, tisane à base de plantes locales, gingembre breton, bière de Dinan… Serge et Julie jouent collectifs et font la part belle aux initiatives locales. Des artistes et artisans locaux exposent également leurs œuvres afin de montrer toute l’étendue des talents du territoire. À consommer et à partager sans modération.

 

Made In Dinan

« Nous connaissons la marque depuis longtemps, beaucoup de nos amis ou confrères sont membres. Nous sommes en fait des ambassadeurs du territoire depuis l’ouverture c’est dans l’ADN de notre projet. L’adhésion à Made In Dinan est donc toute naturelle pour nous. D’ici de là est un lieu d’échanges et de partage que l’on souhaite comme une cantine dans laquelle on peut apprendre et découvrir les produits du territoire. Nous croyons en l’effet colibri pour promouvoir les talents locaux et continuer à tisser du lien, malgré le contexte. Notre idée tend à participer à notre échelle à un monde plus respectueux des hommes et de l’environnement ! Très bientôt nos bocaux porteront donc fièrement le logo Made In Dinan ». Serge de Thaey et Julie Balcazar.

 

Concept Ty spécialiste de l’immobilier d’entreprises

Concept Ty, groupe familial fondé et toujours dirigé Olivier Toupin depuis 21 ans est spécialisé en immobilier d’entreprise. La société, dont le siège est à Dinan, emploie une quarantaine de collaborateurs et réaliste un chiffre d’affaires de 20 millions d’euros.

Concept Ty décline ses expertises à travers 3 grands métiers : concepteur, constructeur et investisseur. Les activités s’étendent sur un grand quart Nord-Ouest du pays, entre Nantes, Orléans et Rouen. Selon les opportunités Concept Ty peut également intervenir à Lyon, Macon ou Valenciennes, mais la volonté du groupe reste de bien s’ancrer dans son territoire historique depuis ses agences de Dinan et Rennes.

De nouvelles cordes à leur arc

Si la promotion immobilière reste le vaisseau amiral du groupe, Concept Ty a en effet ajouté de nouvelles cordes à son arc à travers deux filiales d’ingénierie : Planing et Contracting.

Ces 2 filiales comptent 15 collaborateurs et s’inscrivent en complément de l’activité principale : bâtiments tertiaires, bâtiments d’activités, maisons médicales… Concept Ty répond donc présent face aux nouvelles attentes des clients, en quête de clef en main notamment. Vincent CORLAY, Directeur Général du groupe depuis 2015, nous en dit plus :

« Planing existe depuis près de 10 ans. Cette filiale réalise, pour l’ensemble des opérations du groupe, le bureau d’études et l’économie de la construction d’une part et l’ensemble de la maîtrise d’œuvre d’autre part. Reconnue pour son savoir-faire technique et son expertise en immobilier d’entreprise, Planing propose également ses compétences à des clients extérieurs au groupe.

Contracting est notre dernière filiale, créée en 2018. Il s’agit d’un contractant général qui réalise la maîtrise d’œuvre, mais aussi l’achat des travaux et la vente de l’ensemble des bâtiments, il s’agit donc d’opérations dites clefs en main. Concept Ty a beaucoup investi dans cette filiale, qui a gagné récemment le projet de Broons. Il était nécessaire pour le développement du groupe, d’avoir ce type d’offres ».

Zoom sur le projet réalisé par Contracting à Broons

Cette opération, en cours de développement, concerne de l’immobilier de bureaux livré clefs en main pour CERFRANCE courant janvier 2021. Sur 800 m² de plancher, Contracating a conçu et fabriqué pour son client un bâtiment tout en béton avec la technologie du prémur. Cette dernière permet d’assembler des murs préfabriqués sur le chantier, en gagnant ainsi en productivité tout en assurant une qualité très soignée de parements. 8 mois seulement (hors période de confinement) seront donc nécessaires pour fabriquer un immeuble de 800 m2 et 2 étages. Faisant la part belle à l’esthétisme le bâtiment est également doté d’un bardage métallique orange, en rappel du logo de CERFRANCE.

Les dernières actualités de Concept Ty

Le groupe vient d’inaugurer son 20e village d’activités à Nantes. Vincent CORLAY le confirme : « Nous avons une dynamique importante en termes de promotion immobilière sur les Villages d’activités. Ceux-ci accueillent des bâtiments de service aux entreprises, des commerces de gros, des showrooms…. Ces villages ont l’avantage de regrouper et mutualiser sur un même terrain, des bâtiments, des parkings, des espaces verts, le traitement de l’eau, apportant ainsi une réponse aux problématiques de densifications des communes et de raréfactions foncières. Il faut en effet, arrêter d’imperméabiliser nos sols. Nous devons toujours construire mais sur des surfaces plus petites pour nous inscrire dans une politique environnementale ».

Pour construire la ville sur la ville Concept Ty réhabilite également des fiches industrielles afin d’y créer des villages d’activités. C’est le cas à Rennes et Bruz, avec la réhabilitation d’un ancien site industriel et d’une ancienne usine de bois.

Entre télétravail et distanciation : quel est l’avenir pour l’immobilier de bureau ?

« Je ne suis pas un oracle, mais je pressens que pour les grandes agglomérations françaises où les terrains sont rares, l’immobilier reste très cher. Je pense donc qu’il y aura une orientation vers le télétravail et la distanciation, entre le lieu où l’on travaille effectivement et le siège de l’entreprise. En revanche, en région, nous sommes peu contraints à faire 1H30 de route pour aller travailler, le changement sera donc différent.

Ceci étant, je constate un ralentissement sur les bâtiments tertiaires. Beaucoup d’entreprises sont dans l’attente y compris dans les villes sur lesquelles nous intervenons : Orléans, Tours, Rennes ou encore Saint-Brieuc. Ceci n’est pas du tout le cas sur l’immobilier d’activités où nous maintenons une forte activité, malgré la crise sanitaire ». Vincent CORLAY Directeur Général Concept Ty.

Concept-Ty

8 rue Deroyer 22 100 DINAN

tel : 02 96 87 96 58

www.concept-ty.com