Thierry Margely

Les Craquelins Margely, une histoire familiale

La fabrique des Craquelins Margely a été fondée en 1929 par le grand-père de Thierry Margely, l’actuel gérant. Il perpétue encore aujourd’hui la tradition familiale et prépare les craquelins traditionnels, selon la recette créée il y a près d’un siècle.

Une entreprise familiale et artisanale

Les craquelins étaient traditionnellement préparés par les boulangers, le dimanche et les jours de fête. C’est quand il a fait son apprentissage en boulangerie que le grand-père de Thierry en a découvert les secrets de fabrication. Quelques années plus tard, il décide de fonder son entreprise autour de la fabrication de cette spécialité locale.

La fabrique est implantée à Plumaudan depuis sa création. Fonctionnant au départ avec 3 à 4 salariés, l’entreprise s’est développée au fil des générations jusqu’à compter plus d’une vingtaine de salariés. L’activité suit les tendances, connaissant notamment des périodes de ralentissement. A l’heure actuelle, le produit revient en tête des ventes, apprécié pour son côté sain et naturel, sans adjonction de sel et sans colorants et additifs artificiels. C’est désormais la base d’un petit-déjeuner ou d’un apéritif léger et gourmand. Dans la gamme de craquelins Margely, on trouve d’ailleurs le CraqÔson, le dernier né des craquelins Margely, à base de farine complète, riche en fibres.

Une recette exclusive

Dès la création de l’entreprise il y a près d’un siècle, les Craquelins Margely se démarquent par une recette spécifiquement développée. Contrairement aux autres craquelins, ils sont gonflés à la sortie du four. Cuits à l’extérieur et blancs à l’intérieur alors qu’habituellement, c’est l’inverse. Un secret de fabrication lié à la préparation de la pâte et au mode de cuisson. Gustativement aussi, le craquelin Margely a une touche bien à lui, grâce à l’ajout d’un ingrédient, le malt d’orge.

Encore aujourd’hui, la préparation des craquelins est réalisée à 75 % à la main à partir de produits locaux. Les processus de fabrication sont très peu mécanisés. Le travail de la pâte reste au cœur du processus de fabrication. Les craquelins, ces biscuits soufflés, sont issus d’une tradition remontant au Moyen-Age, très ancrée en Haute-Bretagne. D’abord échaudée, la pâte est ensuite plongée dans l’eau froide avant d’être cuite au four. Ce procédé spécifique donne aux craquelins leur forme concave caractéristique.

Le côté Made in Dinan

En reprenant la gérance de l’entreprise en 2004, Thierry Margely a à cœur de préserver la tradition familiale et un savoir-faire local fortement ancré dans le territoire. L’entreprise a toujours été implantée à Plumaudan et perpétue sa recette mise au point il y a plus de 90 ans. Adhérer à Made in Dinan est une évidence. La marque permet de valoriser les savoir-faire et traditions du territoire dinannais, mais également de renforcer l’image positive des produits. Dans la cité Médiévale, les craqueliniers étaient déjà présents au Moyen-Age. Devenir ambassadeur Made in Dinan est une démarche on ne peut plus cohérente.

La Ventouzerie – 22350 Plumaudan

Tel : 02 96 86 00 65

www.craquelins-margely.fr

Grégory Launé

MADGE une entreprise durable

Grégory Launé, fondateur de MADGE est fils et petit-fils de menuisier charpentier. Il a tout d’abord travaillé dans l’entreprise familiale, puis en 2005 il crée sa propre société avec pour objectif de développer l’ossature bois. Ce phénomène est encore nouveau à l’époque, il trouvera donc une formation dispensée par les Compagnons du Devoir. Entre-temps il propose de la menuiserie intérieure et de la pose de parquet. C’est en 2007 qu’il signe son premier chantier de maison ossature bois et embauche son premier salarié. Dès lors il va investir en matériel et en personnel. L’activité va se développer et très vite la société va s’orienter vers l’isolation à base de produits bio sourcés et naturels.

Afin de se différencier sur ce marché désormais en pleine explosion, Grégory Launé va aller encore plus loin pour proposer un habitat durable avec une isolation naturelle. Pour cela il ira se former avec Jean-Pierre Oliva, conseiller et maître d’œuvre en architecture biologique. Ses livres et ses précieux conseils vont définitivement donner le ton et la philosophie de l’entreprise.

MADGE Certifiée « Passive House »

Grégory Launé s’est également formé à la rénovation énergétique des bâtiments et c’est devenu le second métier de MADGE depuis 4 ans. L’entreprise propose de l’isolation avec des nouvelles menuiseries majoritairement naturelles et la ventilation mécanique des bâtiments. Cette offre est disponible pour les particuliers comme les professionnels.

On l’aura compris Grégory Launé aime aller au bout des choses, alors il obtient la certification « Passive House » via le passive house Institut. MADGE est une des premières entreprises de la région à posséder cette certification qui concerne la construction, l’enveloppe du bâtiment, l’isolation, la ventilation et l’équipement technique. La première maison validée « Passive House » sera construite en 2020. Par ailleurs, l’équipe a pour objectif se former également à la « construction paille ».

Bien ancrée dans les 3 sphères du développement durable l’entreprise MADGE est également sur le chemin de l’entreprise libérée. 85 % de ses achats passent par la coopérative COPAB ARCA dont Grégory Launé est administrateur. L’équipe composée de 14 collaborateurs poursuit donc son cercle vertueux pour défendre ses valeurs. Celles d’une entreprise respectueuse de l’homme, de la société et de l’environnement.

Et aujourd’hui

Aujourd’hui l’équipe s’est spécialisée dans la construction de maisons ossature bois, de la dalle en passant par l’ossature bois, la charpente, les menuiseries extérieures, l’isolation et les menuiseries intérieures. Les collaborateurs ont suivi de nombreuses formations afin de multiplier et mutualiser leurs compétences. En 2014 une extension du bâtiment a été construite afin de fabriquer et retourner les murs en atelier. Tous peuvent ainsi travailler au sec toute l’année et construire une maison en seulement 3 semaines.

En 2018, l’entreprise a développé un bureau d’étude interne avec un dessinateur-métreur. En 2019, MADGE a racheté l’entreprise Lemetayer de Megrit. Dominique Lemetayer, charpentier reconnu, a ainsi rejoint l’équipe en tant que co-gérant avec 2 salariés. La société, se compose donc désormais de :

  • 2 salariés pour la fabrication des gradins de cinémas et les murs en ossature bois,
  • 9 salariés sur les chantiers,
  • 1 salarié bureau d’étude
  • 2 co-gérants : Dominique Lemetayer pour la partie technique et Grégory Launé pour la partie commerciale et administrative.

 

Un peu de cinéma

Depuis 1994 Grégory Launé fait du cinéma avec son père et son frère. Au sens premier du terme, puisqu’en fait il fabrique les gradins en bois pour les cinémas. Son savoir-faire reconnu s’exporte partout en France et même en Europe. Il n’existe que 3 entreprises en France pour cette activité et MADGE est la seule dans l’Ouest, loin d’être anecdotique cette activité insolite représente tout de même 1/3 de son chiffre d’affaires.

Côté Made In Dinan

Créée en 2005 à Léhon, MAGDE a ensuite déménagé pour Taden en 2010. Bien implanté en local Grégory Launé aime l’idée de s’attacher à un territoire. « Ici on privilégie le savoir-vivre, nos clients et la planète. Car en travaillant en local on sait où et comment sont produits les matériaux que nous proposons à nos clients. Je suis fier de travailler ici et de contribuer avec Made In Dinan au développement responsable de l’économie locale ».

Madge

6 rue Alizés 22100 TADEN

02 96 85 36 19

www.madge-bois.fr

Christophe Lefort

Tour de rance vintage TD 2RV

Succes story

L’idée de cette manifestation est née suite à une participation à l’Anjou Vélo Vintage. À son retour Christophe Lefort trouve dommage de ne pas dupliquer le concept en Bretagne, terre de vélo s’il en est. Mickael Hinault, fils du célèbre Bernard, est immédiatement partant pour le suivre dans cette aventure. Le TD 2RV aura donc lieu sur les bords de Rance. Sous la houlette de Bernard Hinault, ils entraînent dans leur sillage une vingtaine d’anciens champions cyclistes professionnels. Ces passionnés au grand cœur ont dès le départ le désir d’y associer une belle cause. La manifestation aura donc aussi pour ambition de récolter des fonds pour le Centre Eugène Marquis de Rennes. En 2014 la 1ère édition du Tour de Rance Vintage a accueilli 150 participants, 350 en 2015 puis 500 sur 2 jours en 2016. Le TD 2RV a désormais atteint son rythme de croisière et remporté son premier pari en remettant un chèque de 5 000 € au Centre Eugène Marquis.

Sauvegarder le patrimoine

Avec cette manifestation Christophe Lefort, Mickaël Hinault et leur équipe de bénévoles,  veulent mettre en valeur le patrimoine local, la gastronomie et le vélo sous toutes ses formes, mais avant 1990 pour ne pas voir les technologies modernes. Leur credo à eux c’est plutôt le casque à boudin, le maillot en laine ou la mode des années cinquante. Même la caravane publicitaire joue le jeu grâce à une association rennaise qui vient avec des véhicules anciens, une Peugeot 604 ou le véhicule de Midi Libre. Les nostalgiques de cette grande époque sont donc particulièrement gâtés, quant aux plus jeunes ils découvrent les yeux écarquillés les héros de la jeunesse de leurs parents voire de leurs grands-parents…

Zoom sur le programme des 20 et 21 mai 2017

Samedi : critérium vintage avec les vélos et costumes toujours avant 1990 et la gentleman des champions. Une course entre 2 anciens champions qui doivent réaliser une moyenne de 22 km/h sur 5 km, une belle parade en perspective. Le soir c’est la grande soirée de gala à Pleudihen avec dîner spectacle et produits locaux.

Dimanche, place aux randonnées et il y en a pour tous les goûts : 45 km pour les sportifs et 25 km pour les débutants et les familles. Le midi tout le monde se retrouve autour d’un déjeuner champêtre avec  galette, cidre et musique bretonne. Pour les plus courageux une petite randonnée digestive toute en douceur de 20 km est au programme. Objectif de cette prochaine édition atteindre les 500 participants et le Graal suprême pour les organisateurs recevoir des Italiens, créateurs du mouvement vintage… Alors croisons les doigts. Tarifs 25 € par adultes, 12 € par enfant et toujours 5 € par participants reversés au Centre Eugène Marquis.

Côté Made In Dinan Christophe Lefort et Mickaël Hinault sont les locaux de l’étape ! Avec cette manifestation ils réalisent un rêve de gosse. Viscéralement attachés à leur région ils revendiquent leur appartenance et souhaitent mettre en avant le savoir-faire Dinannais. Devenir ambassadeur de la marque c’est donc une évidence. Le TD 2RV joue parfaitement son rôle en accueillant chaque année de nombreux participants venus de France et d’ailleurs Belgique ou Royaume-Uni, pour découvrir les richesses du territoire. Pour la prochaine édition notre duo rêve en secret de réunir une équipe des ambassadeurs, l’appel est lancé…

http://www.tourderancevintage.com/

Emmanuelle Trécherel

CREAcom la touche de créativité Made In Dinan dans nos boutiques préférées

CREAcom est une agence d’architecture intérieure créée en 1983, qui intervient auprès des professionnels comme des particuliers. L’agence s’est spécialisée dans l’aménagement de restaurants, boutiques, centres commerciaux, bureaux, sièges sociaux mais également ce qui touche le milieu de l’hôtellerie et des métiers de bouche ainsi que le développement de franchises. Pour les particuliers, CREAcom intervient sur la partie décoration et architecture.

Une équipe soudée et créative

Aujourd’hui CREAcom est gérée par un trio aux compétences complémentaires. Emmanuelle Trécherel dirige la société, Vincent Ausseil la filiale CREAtecte et Christophe Châtain la partie travaux. L’équipe est composée de 9 collaborateurs : 3 architectes d’intérieur, 1 architecte, 1 collaborateur d’architecte, 3 conducteurs de travaux, 1 économiste. Tout ce petit monde évolue dans une ambiance conviviale propice à la création. Chacun se sent libre, travaille en équipe, apportant sa pierre à l’édifice. Ici, le fil rouge c’est l’intelligence collective au service des bonnes idées.

En mai 2020, CREAcom a déménagé pour intégrer de nouveaux locaux avenue René Cassin. L’accès et le stationnement sont ainsi facilités, mais ce n’est pas le seul objectif. L’aménagement a été entièrement repensé et la décoration revue pour appliquer ce qui se fait actuellement dans le tertiaire : associer des espaces ouverts et fermés pour profiter d’un cadre de travail agréable, qui ne fait pas penser au bureau.

Une empreinte dans le paysage dinannais… Et français

En plus de 30 ans, force est de constater que les bonnes idées ne manquent pas dans cette équipe. Nombreux sont les Dinannais qui ont pu apprécier les créations de CREAcom sans le savoir tant l’agence a contribué à façonner les restaurants ou boutiques du territoire. À son actif, par exemple : le restaurant le N°1 de la Place, le Duclos, le traiteur Cormerais, la boulangerie La flute Gana, le restaurant l’Atypique, la pizzéria Cecco, Di’Vins Fromages, les Halles de Dinan, le restaurant Café Terrasses, la crêperie Ty Coz, ou encore l’hôtel Mercure au Port.

CREAcom intervient également auprès des magasins Système U et Leclerc et se déplace partout en France (Nice, Pontarlier, Pau ou encore la région parisienne). L’agence assure la conception et la décoration des espaces de vente pour ces enseignes. Comme de vraies petites boutiques, mais dans une grande, CREAcom réalise la mise en scène des différents produits dans les caves vins, les rayons fruits et légumes, la boulangerie ou encore la poissonnerie.

Ces dernières années, les demandes de construction et de restructuration d’hôtels, de restaurants et de maisons ont fortement augmenté. CREAtecte poursuit ainsi son développement, notamment sur la côte, en participant à la construction de villas.

Côté made in Dinan : Emmanuelle Trécherel : « Nous avons fait le choix de rester à Dinan car nous y sommes bien, le cadre de vie est agréable. Nous travaillons partout en France et c’est toujours un plaisir de revenir à Dinan qui est une ville à taille humaine. Nous avons adhéré à Made In Dinan car nous devons pousser le dynamisme de notre territoire pour continuer à avoir des réalisations ici aussi. Les actions menées par Made In Dinan sont réfléchies et dynamiques, ce sont des valeurs que nous souhaitons aussi véhiculer pour ne pas nous replier sur nous-même ».

CREAcom – 27 avenue René Cassin – 22100 DINAN www.creacom-agencement.com

Tél. 02 96 39 87 30 – contact@crea-com.fr

Benoit Valegeas

Impri’Média accompagne les entreprises dans leur communication

Après une carrière riche dans de grandes imprimeries en Normandie et à Saint-Malo, Benoit Valegeas décide de se lancer. Il avait depuis longtemps la volonté de créer son entreprise. En 2008, Impri’Média est née. Au départ, il fait le choix de se concentrer sur l’impression papier. Huit ans plus tard, l’entreprise s’est développée et Benoit Valegeas, avec son équipe, a su développer une offre complète pour répondre aux besoins des entreprises. L’imprimerie est aujourd’hui bien ancrée dans le territoire.

Une offre de prestations variée

En 2008, l’entreprise a commencé son activité autour d’un produit : l’imprimé papier. Après un développement constant et de nombreux investissements, Impri’Média propose aujourd’hui une gamme complète de prestations. Parmi ses spécificités, l’entreprise a développé :

  • L’impression papier : affiches, brochures, flyers, magazines, catalogues…
  • L’impression grand-format : avec des machines adaptées, l’entreprise peut répondre aux demandes pour la réalisation de bâches, d’adhésifs, de panneaux ou encore d’enseignes.
  • Le marquage textile, broderie textile, sérigraphie : un savoir-faire complémentaire, qui peut se décliner même sur de gros volumes, un potentiel de production rare dans la région.
  • L’impression sur objets publicitaires : une activité nouvelle complémentaire qui renforce encore la diversité des prestations.

Avec une solution globale pour la communication, Impri’Média travaille avec de nombreux clients en région, pour des événements locaux, mais également pour de grandes enseignes nationales et de gros industriels. Selon les besoins, le studio graphique de l’entreprise prend en charge la conception graphique avant la mise en impression.

De nouveaux locaux pour une entreprise à taille humaine

Signe de son développement, Impri’Média a pris possession de ses nouveaux locaux à Saint-Samson-sur Rance. Benoit Valegeas a investi dans un bâtiment de 300 m2 pour continuer à mener ses projets. Il sait déjà que ça ouvre de nouvelles perspectives puisqu’il dispose de possibilités d’agrandissement.

Impri’Média est une entreprise connue et reconnue. Elle n’en reste pas moins une PME. C’est le choix de son dirigeant qui n’envisage pas d’avoir un jour plus de 6 salariés. Aujourd’hui, ils sont 3 salariés, plus un graphiste. Comme nous l’explique Benoit Valegeas qui « aime les entreprise à taille humaine. C’est aussi ce qu’apprécient nos clients : le conseil. Nous sommes bien plus qu’un prestataire de service. Nous accompagnons chacun de nos clients individuellement. »

Le Côté Made in Dinan

Pour Benoit Valegeas, attaché au territoire dinanais, il est important de « montrer qu’on appartient au territoire et de représenter le dynamisme local à l’extérieur. A Dinan, on apprécie le dynamisme économique et associatif. C’est important de valoriser nos atouts. Made in Dinan, c’est aussi l’occasion de rencontrer d’autres confrères, des entrepreneurs, d’échanger des points de vue et de mutualiser les moyens. »

Impasse de la Rabine Verte

22100 Saint-Samson-sur-Rance

02 96 39 23 50

contact@imprimedia-bretagne.fr

www.imprimedia-bretagne.fr

Guillaume Postel

Hôtel le Château, la plume de Victor Hugo

Depuis 2012, l’hôtel du Château a fait peau neuve. Situé à 2 pas du château, l’établissement réserve de belles surprises : l’architecture de ce bâtiment historique a été respecté pour lui donner une seconde vie entre modernisme et littérature. En effet, Victor Hugo a dormi ici en 1836. Désormais, ses plus belles phrases reprises sur les murs, veillent sur le sommeil des hôtes. Cette petite touche déco qui souligne chacune des 35 chambres a été entièrement pensée par l’ancien propriétaire.

Sur les traces de  Victor hugo

Force est de constater qu’en seulement 3 ans, le pari est gagné, les 35 chambres de l’hôtel du château, entièrement rénovées, se déroulent entre les étages tout en méandres qui font le charme des vieilles demeures. Dans des couleurs chaudes et naturelles, on trouve ici un peu de l’âme de Victor Hugo, une intemporalité propice au repos et au dépaysement. Du lin, du prune, du bois, du verre, les couleurs et les matériaux apaisants et tendances, se déclinent entre les étages. Les chanceux du premier étage pourront, se prélasser au soleil sur de petites terrasses en bois, bien à l’abri derrière les murs de la vielle ville. Des étages supérieurs, les chambres offrent une vue imprenable sur les toits du quartier historique imbriqués les uns aux autres, ou sur le château tout proche.

Petit-déjeuner Breton

Pour sa reconversion M. Postel voulait des rencontres, le voilà servi. Ouvert toute l’année, il accueille avec son équipe de 5 personnes, les nombreux touristes venus visiter la jolie ville de Dinan. Des clients étrangers principalement mais aussi bon nombre de Bretons. Fier d’avoir redonné vie à l’un des plus vieux hôtels de Dinan M. Postel chouchoute ses clients avec entre autres un petit-déjeuner qui fait la part belle aux produits frais et bretons bien sûr. Les gourmands apprécieront.

Côté pratique l’hôtel du Château est membre de la chaîne Inter hôtel, il propose un parking privé sou l’hôtel, bien appréciable en centre-ville et fait rare pour un hôtel, il propose 6 chambres familiales.

Côté Made In Dinan : « Les hôteliers de Dinan appartiennent à un même groupe, ensemble, nous voulons développer la notoriété de la ville la marque Made In Dinan nous fédère aussi dans ce sens. Dinan est une petite ville où il fait bon vivre, avec un vrai centre historique, des petits commerces, il y a de la vie tout le temps ».

Hôtel du Château

6, rue du Château -22100 DINAN

 

Jean-Charles Desriac

Atoût-Confort : électricité, plomberie, chauffage… Une offre complète

Créée en 1982 par Michel Desriac, l’entreprise individuelle s’est largement développée. Aujourd’hui, c’est Jean-Charles Desriac, son fils, qui a repris la tête de la société, qui compte désormais 32 salariés. Atoût-Confort propose à ses clients une offre globale sur l’ensemble des lots techniques : Electricité, Plomberie, Chauffage, Ventilation, Télévision.

Des prestations complètes

Comme le souligne Jean-Charles Desriac « notre volonté est de pouvoir répondre à des demandes diverses et offrir à nos clients (particuliers, professionnels et promoteurs immobilier) des services complets adaptés à leurs besoins. » Développer les compétences pour répondre au mieux aux appels d’offre a été une priorité constante dans l’histoire de l’entreprise.

Atoût-Confort intervient ainsi dans quatre domaines principaux, que ce soit pour des travaux de rénovation ou de construction neuve :

  • L’électricité : c’est le cœur de métier de la société depuis sa création. Atoût-Confort intervient aussi bien sur des projets d’électricité générale, de câblage téléphone, de réseaux informatiques, de ventilations, de centrales d’aspiration….
  • La plomberie : Là encore, les prestations sont variées. De la mise en place des réseaux d’eau et de gaz, à l’installation des équipements sanitaires, en passant par les besoins liés à l’accessibilité des personnes à mobilité réduite, la prise en charge du chantier est globale.
  • Le chauffage : dans l’objectif d’optimiser le rapport entre confort et économies d’énergie, Atoût Confort propose différentes installations de chauffage : chaudières gaz, chauffage par le sol, radiateurs électriques basse température… Les solutions sont nombreuses.
  • Les énergies renouvelables : Aérothermie, géothermie… La société a intégré ces nouveaux modes de production d’énergie à ses compétences. Une nécessité pour répondre aux contraintes énergétiques des constructions et proposer des solutions durables.

Un développement constant

Depuis sa création, l’entreprise de Michel Desriac connait un fort développement. En 2003, l’entreprise compte 13 salariés. Elle change de statut l’année suivante pour devenir la SARL Atoût Confort. En 2006, Jean-Charles Desriac prend le relais. Motivé par le potentiel de l’entreprise, il participe activement à son évolution. Le développement se poursuit avec la création en 2010 de la SARL ATCE et en 2018, avec la création de CVC Emeraude, à Saint-Malo.

Aujourd’hui, la société Atoût-Confort à Taden compte 30 salariés et réalise un chiffre d’affaires annuel de 4.5 M€. La société ATCE à Saint-Malo emploie désormais 22 salariés pour un chiffre d’affaires de 4 M€. CVC Emeraude, avec 10 salariés, réalise un chiffre d’affaires de 2.5 M€.

Le côté Made in Dinan

Jean-Charles Desriac n’a pas toujours travaillé dans l’entreprise familiale. Il s’est d’abord constitué sa propre expérience, et a notamment vécu à l’étranger. Ce parcours lui a d’ailleurs permis de se « rendre compte que la qualité de vie dont on profite à la maison n’est pas négligeable ». En reprenant l’entreprise de son père, c’est aussi Dinan qu’il retrouve. « On est fier de notre territoire et c’est important de le mettre en valeur. Cela semblait cohérent d’intégrer Made in Dinan et de montrer que l’entreprise participe également au dynamisme économique local. » Les équipes d’Atoût-Confort se déplacent en effet essentiellement sur le territoire dinannais, le nord des Côtes d’Armor et le nord de l’Ille-et-Vilaine.

Z.A. Les Alleux – TADEN

22100 DINAN

Tél. : 02 96 87 43 00

www.atoutconfort.com

Rémi Verdier

RV Assurance : Courtage d’assurances de personnes pour chefs d’entreprises

Après 15 années d’expériences dans de grandes compagnies d’assurances, Rémi Verdier décide de créer son cabinet. C’était en Juillet 2011. Grâce à son expertise dans ce domaine, il développe son activité autour du courtage d’assurances pour les chefs d’entreprises et travailleurs indépendants.

Retraite, prévoyance et complémentaire santé

En tant que courtier l’objectif de Rémi Verdier est de « satisfaire ses clients et de leur apporter des solutions adaptées à leur situation ». Pour choisir une assurance, de nombreux paramètres entrent en jeu. C’est donc un gain de temps pour ses clients qui peuvent comparer les choix qui s’offrent à eux, bénéficier de conseils précieux que Rémi Verdier prodigue en effet en toute indépendance. C’est un des grands avantages de RV Assurance : le cabinet de courtage travaille avec une trentaine de compagnies d’assurances, fait profiter ses clients de tarifs négociés sans subir aucune pression de la part des compagnies. Rémi Courtier est totalement indépendant dans le choix des solutions qu’il propose à ses clients. C’est donc l’intérêt du client qui prime.

Avec une grande expertise dans ce domaine, Rémi Verdier est un interlocuteur de choix pour tous les professionnels non-salariés : chefs d’entreprises, artisans, commerçants, professions libérales, travailleurs indépendants… Tous ces statuts dont les problématiques sont spécifiques et qui nécessitent une couverture optimale pour préparer leur retraite, souscrire une assurance prévoyance ou encore une complémentaire santé. 

Un service sur mesure

A l’écoute de ses clients, Rémi Verdier propose un accompagnement individuel sur la durée : de l’audit pour la mise en place de solutions d’assurances jusqu’à la gestion des sinistres, le suivi de chaque dossier est complet. Pour offrir une offre de services toujours plus adaptée à ses clients, il développe également la délégation d’assurances de prêts. Qu’il s’agisse de prêts contractés en tant que particulier ou professionnel, Rémi Verdier a su mettre en place les partenariats qui lui permettent de proposer à ses clients, à garanties égales, des contrats avec une réduction allant de 20 à 60 % par rapport aux offres proposées par les banques.

Fort de cette approche spécifique, RV Assurance ne cesse de développer son portefeuille et connait une croissance à deux chiffres. Le bouche à oreille est la base du développement du cabinet. Rémi Verdier s’est également associé avec 3 autres courtiers rennais pour créer une marque commune : Ker Assurance. De belles perspectives puisque pour faire face à l’accroissement de son activité, Rémi Verdier envisage d’embaucher dans un futur proche un collaborateur pour l’appuyer sur la partie commerciale.

Le côté Made in Dinan

Natif de Bobital, Rémi Verdier est arrivé à Dinan en 1999 et, comme il le dit lui-même, « n’en repartirait pour rien au monde ». Il a trouvé ici la qualité de vie qu’il souhaitait et c’est aussi ici qu’il a concrétisé son rêve d’entrepreneuriat. Devenir ambassadeur Made in Dinan, c’est avant tout « la chance de rencontrer les professionnels dinannais et de développer mon réseau. C’est aussi l’envie de promouvoir le territoire, ses atouts, son dynamisme et de le représenter à l’extérieur qui m’a poussé à rejoindre la marque. »

 

5 rue René Cassin 22100 DINAN

Tel : 06 03 40 17 60

www.rv-assurance.fr

contact@rv-assurance.fr

Isabelle Larrey

Originaire du sud-ouest, Isabelle Larrey a posé ses valises à Dinan il y a 10 ans. Dans sa famille, la photographie est une passion depuis plusieurs générations. Après avoir exercé pendant 20 ans dans sa région natale, elle arrive en Bretagne pour rejoindre son mari originaire d’Ille et Vilaine. Installée à Dinan, elle a ouvert sa boutique il y a 8 ans et s’est spécialisée dans les portraits.

L’amour des belles photos

Isabelle Larrey voit la photo comme source d’émotion. Elle aime choyer ses clients. Toujours inspirée, elle prend le temps de connaître les envies et goûts de chacun pour proposer des prestations personnalisées. Impliquée, elle aime apporter des idées nouvelles et réaliser des images différentes. Les nouvelles matières et les nouveaux supports font également partie de son quotidien. C’est une remise en question permanente pour évoluer et innover, avec un seul leitmotiv, la qualité de la photo finale. Capter un regard, susciter l’émotion, se jouer des lumières pour offrir des clichés uniques et mémorables à ses clients. Sa sensibilité et son approche, tout en douceur, permettent aux gens de se sentir plus facilement à l’aise devant l’objectif.

Dans sa boutique, Isabelle Larrey travaille aussi bien pour des particuliers que des professionnels. Elle immortalise également grâce à ses portraits des moments de vie importants que sont par exemple le mariage, la grossesse, l’arrivée d’un bébé et la maternité.

Avec de nombreuses cordes à son arc, Isabelle Larrey a développé son activité professionnelle autour des portraits qu’elle réalise, mais c’est avant tout une passionnée qui s’exprime à travers des photos artistiques, plus personnelles. Elle participe ainsi à des expositions et des concours en France. La photographie c’est la mémoire des lieux, des gens. Avec son sens artistique et son professionnalisme, Isabelle Larrey sait faire passer les sentiments à travers ses clichés.

Le côté Made in Dinan

En arrivant à Dinan, Isabelle Larrey a dû trouver sa place. Alors qu’elle était largement reconnue dans sa région d’origine, à Dinan, il est pour elle nécessaire de prouver à nouveau ses compétences pour légitimer son savoir-faire. Aujourd’hui, elle a su convaincre et développer son activité. « J’ai tout d’abord rejoint le CEPR (Club des Entreprises du Pays de Rance) où j’ai pu développer mon réseau professionnel et rencontrer des chefs d’entrepriseQuand on m’a parlé de Made in Dinan, j’ai tout de suite été d’accord pour rejoindre l’aventure. On essaie de faire évoluer la ville, pour la faire reconnaitre et mettre en valeur le fait que nous comptons de nombreux professionnels de qualité. Quand je participe à des concours en France, je suis heureuse de représenter ma ville et de montrer que la région bouge ».

20, rue Thiers – 22 100 Dinan

Tel : 02 96 87 31 27